Arsenal Supporter Club France

1952-53 Arsenal champion inattendu

Démarré par Vince, 07-11-2017, 21:28:16

« précédent - suivant »

Vince

07-11-2017, 21:28:16 Dernière édition: 07-11-2017, 21:34:05 par Vince
Citer

Arsenal vie une saison remplie de hauts et de bas, avec une section des fans qui s'en prend aux joueurs de manière régulière. Il faut dire que la saison précédente, Arsenal peut gagner le doublé, mais perd en finale de FA Cup contre Newcastle (1-0), et en championnat ils perdent 6-1 à Old Trafford lors du dernier match de la saison - ils perdent sur ce match le titre au profit des mancuniens (Tottenham finissant second grâce à la différence de but).

La saison 1952-53 commence mal, les Gunners n'arrivent pas à enchainer les victoire avant Noël. Quand Sunderland est venu à Highbury pour gagner le match 3-1, les supporters ne cachent pas leur mécontentement. Pourtant Arsenal avait quelques joueurs talentueux offensivement, Logie, Lishman, Goring, Holton ...

Peter Goring se rappelle d'une confrontation en sortant d'Highbury après ce match : "Ce gars était complètement bourré, mais il commence à me dire qu'il supportait déjà l'équipe dans les années 30s, et qu'on était même pas digne de lécher les chaussures des joueurs de l'époque. Je n'était pas le seul joueur d'Arsenal à avoir connu ce genre d'altercation, et c'était vraiment pas sympa à vivre. L'ironie c'est que j'étais d'accord avec ce gars. On était laborieux, rien à voir aux joueurs talentueux des années 30s. Mais le fait est qu'on a jamais été plus bas que 3ème du classement pendant cette saison là - pourtant les fans d'Arsenal n'étaient jamais content, certains étaient impossible à satisfaire. On trouvaient qu'ils manquaient de gratitude"

Un des joueurs a dit anonymement à un journaliste du Daily Mail : "j'ai honte de ces fans, c'est pour moi les pire supporters du pays". Les relations sont tendues entre les joueurs et les supporters, mais Arsenal continue son bonhomme de chemin de manière toujours aussi inconstante, mais tout comme les rivaux dans la course au titre que sont Wolves et Preston. Finalement à 2 matchs de la fin, Arsenal se retrouve avec 52 points en 40 matchs, le plus bas total de points pour un potentiel champion à ce moment de la saison. Et les Gunners perdent à Deepdale, le stade de Preston, 2-0.  Ils sont alors forcé de remporter leur dernier match de la saison, à Highbury, contre Burnley placé 6ème, pour espérer gagner le titre devant Preston.




Don Roper se rappelle que c'était loin d'être gagné avant ce match : "A la fin de la saison, on était  très fatigué. Les terrains étaient très lourds. Les terrains de Wolves et Preston étaient de vrai bourbiers, nos jambes pesaient une tonnes. Mais pour ce match contre Burnley, le terrain d'Highbury était le pire de très loin. Je ne crois pas qu'il y avait un brin d'herbe, et les angles étaient clairement injouables. Soit le ballon restait collé au sol, soit on glissait.  C'était horrible. Et on sentait la pression. On avait l'opportunité de remporter le titre à Highbury devant nos fans et c'était un énorme honneur. Mais même Joe Mercer qui était l'âme de l'équipe est resté silencieux lors du petit déjeuner à King's Cross. Ce qui était drôle c'est que des fans de Bolton et Blackpool sont venu nous souhaiter bonne chance, ils étaient à Londres pour la finale de la FA Cup, et Preston était leur rival local. Ils n'aiment pas beaucoup Burnley non plus !"

Le match débute le vendredi 1er Mai à 18h30, mais les fans sont venu très tôt au stade. Harry Wright, un supporter présent à l'époque se rappelle : "Les gens étaient déjà dans les alentours à partir de 12h00. On sentait que c'était pas un jour comme les autres. Pour ce qui était de la météo, c'était étrange. Il pleuvait constamment, tout le monde portait un imperméable. A 18h00, l'ambiance s'intensifie. Pour la première fois depuis très longtemps les fans ont répondu présent. Il y avait beaucoup de monde - environ 50.000 - même si ça n'a pas fait totalement le plein, ce qui nous étonnait.

Beaucoup portaient des rosettes aux couleurs du Club, ce qui était assez rare à cette époque. Et puis ils se sont mis à faire du bruit ensemble, pour produire une ambiance. 'Arsenal, Arsenal' à l'unisson - la tribune Nord et Sud. Même les tribunes latérales les ont suivit. C'était merveilleux."
Les joueurs ont apprécié aussi ce rare moment de soutient à Highbury, se rappelle Doug Lishman "Ils étaient au top ce soir là. Le bruit qu'ils ont fait était incroyable. Ca faisait mal aux oreilles - ça donnait la chair de poule. Même si les joueurs et les fans étaient en conflit pendant toute la saison, je ne peux pas nier que ce jour là ils étaient superbes."




Joe Mercer, capitaine emblématique des Gunners

Le match débuté de manière frénétique : après 6 minutes Burnley ouvre le score contre le cours du jeu. Mais l'attaque d'Arsenal se réveille et marque par trois fois avant la mi temps, grâce à Alex Forbes (frappe déviée) et Doug Lishman - "J'ai juste frappé aussi fort que possible sur un ballon perdu après un cafouillage. C'était le plus beau moment de ma vie quand c'est rentré". C'est Jimmy Logie qui marque le 3ème juste avant la mi temps.

A la mi temps, Harry Wright se souvient : "Il pleuvait de manière incroyable, ça a raffraichie l'ambiance. Tout d'un coup dans les discussions on est passé de 'combien de but on va leur mettre?' à 'est-ce que le match va être arrêté?'. On voyait des flaques d'eau apparaitre sur le terrain."

Finalement la seconde mi temps débute et Burnley prouvent qu'ils ne sont pas encore mort, après 5 min, ils reviennent à 3-2. Arsenal tente de défendre son avantage. Une stratégie bien risquée alors qu'il reste au moins 40 minutes à jouer. Don Roper : "J'ai remarqué que Joe Mercer n'avait plus les jambes. Il a admit plus tard que ce soir là, ses jambes l'ont lâché pour de bon. Il a reconnu que c'était son dernier match comme joueur de haut niveau. La moitié de l'équipe luttait, avec un ballon qui pesait 2 fois son poids par rapport au coup d'envoi. A chaque fois qu'on tapait dans le ballon, on avait des douleurs partout. J'avais une blessure au genou, je pensais m'écrouler de douleur. J'ai su après que je m'étais déchiré un ligament, mais à cette époque il n'y avait pas de remplaçants. Jimmy [Logie] et Pete [Goring] ont finit le match en spectateur sur la pelouse. Ils arrivaient à peine à marcher. Donc on se mettait tous derrière le ballon. On avait pas d'autre choix que de tenir ferme pendant la dernière demi heure.

Tom Wittacker [le manager de l'époque] n'en pouvait plus de toute cette tension. Il a quitté son banc pour se verser une double dose de Brandy. Les fans d'Arsenal m'ont raconté que c'était insoutenable à regarder. Un seul but de Burnley et c'était fini pour nous, aucune chance de trouver l'énergie pour en marquer un autre. On était tous défenseurs, et on savait qu'un tacle raté et c'était la fin. Et à 1 min de la fin je tacle en retard Billy Elliott dans la surface. De nos jours il se serait écroulé pour obtenir le penalty, mais à son crédit il est resté debout. Il m'a dit qu'il y a de meilleure manière de nous empêcher de gagner le titre que celle là. Puis il frappe la barre en toute fin de match, et il me dit "Merde, j'aurais du plonger quand j'en avais l'occasion"."


Finalement à 20h01, l'arbitre siffle la fin du match. Arsenal remporte le titre grâce au goal average (but marqué/but concédé) : 1.516 pour Arsenal, 1.417 pour Preston. Les deux équipes ont 54 points (75 points si les victoires étaient à 3 points) en 42 matchs.

Harry Wright se souvient de l'ambiance à la fin du match. "La pluie a cessé et le soleil a fait son apparition. Le ciel est devenu rouge, ce qui était très symbolique. Toutes les écharpes et rosettes étaient lancés dans les airs. La plus part d'entre nous ont envahit le terrain, pour rejoindre les joueurs d'Arsenal. Mon ami a porté Joe Mercer sur ses épaules. Certains joueurs comme Jimmy Logie ne quittaient plus le terrain, ils sont resté discuter avec les fans. C'était fantastique."

Don Roper : "Dès que je vois des vidéos du match Liverpool v Arsenal de 1989, je me dit que notre succès est équivalent dans son déroulement. Quel dommage qu'il n'y avait pas de caméra qui filmait. Je pense souvent à ce qu'on a fait ce soir là. Je suis fier d'avoir fait partie d'un tel match alors que l'on était dos au mur. Pour moi ça symbolise ce Club. Et le faire devant nos propres fans c'était merveilleux ! "

Alors que les joueurs font leur tour d'honneur, la santé du manager Tom Wittaker commencera à s'affaiblir. Comme pour Herbert Chapman et George Allison avant lui, le stress d'être manager d'Arsenal a des conséquences lourdes sur sa santé. Il décèdera en 1956.

Pour ce qui concerne Arsenal, ce titre de champion sera le dernier remporté par le Club avant un long moment. 17 ans sans trophées, et 18 sans titre de champion.




Tom Wittaker présente le trophée à des jeunes à Highbury

source : Highbury : the story of Arsenal in N5 par Jon Spurling

jones79

Un championnat gagné dans la douleur avec un capitaine hors paire, Joe Mercer.

manulondon

en eseperant voir dans quelques années , le topic :

"2018-19 Arsenal champion inattendu"