Arsenal Supporter Club France

Theo: Growing Up Fast

Démarré par Vince, 15-08-2011, 04:35:52

« précédent - suivant »

Vince



La biographie de Theo est sortie. Quelques extraits dans the sun à propos de Capello :

CiterHE picked players on form and that was it. No sentiment. No friendships. Cold and clinical.

 There was something very stiff and starchy about Mr Capello's regime before the 2010 World Cup.

 I found it difficult to be myself. Players split up along club lines.

 
'I was stunned not to go to the World Cup' ... Arsenal winger
Theo Walcott opens up about Capello's England in a new book

 There was an Aston Villa group and a Manchester United group and the staff weren't very relaxed. It all felt a bit tense. Everyone was a bit too serious.

 One of the best mixers, one of the people who moved easily between the cliques, was Wayne Rooney.

 He's such an easy bloke to get along with and he's popular with everybody. In the future I think he'll make a great England captain.

 The other thing about him is that he always wants to win. Always.

 A few days after we arrived in Germany for the 2006 World Cup, I walked past the snooker room in the hotel and Wayne was having a match with John Terry.

 It was close but when JT sank the winning pot, Wayne lost his rag and snapped the cue with his hands. It put the fear of God into me. When Mr Capello named his 30-man provisional 2010 World Cup squad on May 11, I was in it.

 We headed out to a training camp in the Austrian Alps before we left for South Africa. Something happened out there that shook my confidence. It was the second day, and I made a run inside from my position out wide on the right.

 Suddenly Mr Capello started screaming at me at the top of his voice. Training stopped and everyone stared at their feet and looked embarrassed.

 \"Theo,\" he was yelling, \"I will kill you if you come inside like that again!\" Despite Mr Capello's outburst, I never quite knew what was required of me. I was confused.

 I had been injured so much that season that my confidence was fragile, but no one ever helped me.

If you are the boss, surely you want everyone playing well and you want to encourage everyone. It killed me and I felt it wasn't fair.

 Mr Capello was due to name his final 23-man squad. I felt 100 per cent sure I would be going. You want to know how sure I was that I was going? Well, I'd packed my bag.

 On the day the squad was announced, I went to Brocket Hall, the country hotel near my home in Hertfordshire, for a last round of golf before going to South Africa.

 
Mr Popular ... Theo and Wayne Rooney - who he tips for the captaincy

 I was on the fairway on the fourth hole when Mr Capello rang me on my mobile. He was short and to the point. He said he was sorry but I hadn't made the squad and I wouldn't be going to the World Cup.

 I was stunned. I had a bit of a cry. I respected Mr Capello's decision but I went through a whole mix of emotions in just a few days - I was numb, shocked, upset, angry, confused.

 On an earlier occasion I was woken by the phone ringing in my hotel room at The Grove - the England team's Hertfordshire training base for home games. It was one of the England staff and he sounded nervous. He said I'd missed a team meeting and that I'd better come and sort it out with Mr Capello.

 I'd thought the meeting was at 7.30pm but it turned out it had been half an hour earlier. I'd had an afternoon nap, set my alarm too late and slept through the meeting.

 I could feel my heart thumping. I had never missed a team meeting before. I was in trouble.

 It was the Monday evening before England's friendly against Holland in Amsterdam in August 2009. I got downstairs as fast as I could and spoke to one of the coaches. He said I should go and apologise to Mr Capello. The coach said he had gone back to his hotel room.

 I stood in front of his door for a few seconds, my heart thumping. I knocked and there was a brief wait that seemed like a lifetime.

 Then Mr Capello opened the door. He stood there, looking at me.

 \"Boss,\" I said, \"I'm so sorry I missed the meeting. I misread the time.\" Mr Capello's expression stayed the same.

 He shrugged his shoulders, then let the door swing shut in my face. He hadn't said a word.

 \"Oh, f*** me,\" I thought. It was much worse than getting a severe bollocking. It was seriously scary.

 The headmaster ... Theo Walcott says England players were embarrassed when Fabio Capello criticised him during training

 My week didn't improve. I was supposed to be released the next day to go back to Arsenal because of an injury.

 This had been agreed between Arsenal and the England medical staff but it soon became apparent the message had not got through to Mr Capello.

 I went to say goodbye to him on the Tuesday morning and wish him all the best for the match and he looked puzzled - in an angry kind of way. \"What?\" he said. \"I've got an injury, boss,\" I said. \"The staff have told me to go home.\"

 \"No,\" Mr Capello said, \"You are coming to Holland.\" So I went. I did a bit of the pre-match warm-up on the pitch but my back was too sore to do any more than that.

 Then I sat on the bench for the duration of the 2-2 draw.

 It seemed a slightly curious way of going about things because I could have gone back to Arsenal the day before and concentrated on starting my recovery.

 There were big differences to the way it had been under previous manager, Sven Goran Eriksson.

 It became obvious straight away that Mr Capello was very strict. It was like being in the presence of a headmaster.

 If you are eating and you look over to where he is and he is looking at you, you look down and eat straight away.

 You're s*** scared of him, basically. Every player reacts in a different way but I think that's what you need from a manager.

 There is this presence about him. It makes you believe that if you follow what he says, you will win things. And when he believes in you, you play better and your confidence goes up.

 But woe betide you if you put a foot out of line off the pitch. Don't touch your mobile phones in his presence, especially around dinner. That is a very serious no-no.

 Emile Heskey fell foul of that one during the World Cup qualifiers when Mr Capello caught him texting someone during dinner. He got up, yelled and chucked something at Emile.

 I had one close shave straight away with the discipline side of things. When I joined the squad before a game against the USA we were allowed to play golf at The Grove.

 I got Dad to bring my clubs and because there's a very strict food regime under Mr Capello I was really craving some crisps, just something different from the rather bland food we're allowed to eat, so I told Dad to bring me a snack.

 He brought Pringles but as he was lifting my clubs out of his boot I noticed with horror that Mr Capello was watching everyone like a hawk. Dad was about to hand me the Pringles but realised just in time that it would be a serious error and put them back in the boot as nonchalantly as he could.

 
 The food we're officially allowed is OK, it just gets a bit boring. So during the build-up to one match some of us snuck in some Nando's on the quiet.

 That was a seriously nerve-racking episode. Everybody kept expecting Mr Capello to burst out of the shadows as the players were eating their food.

 Things have gone well since then. I came straight back into the first team after the World Cup and have been selected for Euro 2012 qualifiers when I've been fit.

 The atmosphere with England is much more relaxed now. There are more smiles around the camp these days.

 Mr Capello has changed, lots of things have changed. He is more approachable.

gunner007

Je suis toujours étonné de voir des joueurs de football en début de carrière, de moins de 25 ans parfois comme Théo, et qui n'ont rien réalisé de grandiose, sortir leur biographie. Quel intérêt ? :/ De bons articles dans des revues spécialisés suffisent.

gunner597

Citation de: gunner007Je suis toujours étonné de voir des joueurs de football en début de carrière, de moins de 25 ans parfois comme Théo, et qui n'ont rien réalisé de grandiose, sortir leur biographie. Quel intérêt ? :/ De bons articles dans des revues spécialisés suffisent.
moi aussi mais il a vécu tellement de chose en 2006..

Vince

Pareil, c'est assez étonnant, mais en lisant l'extrait ça à l'air bien plus intéressant que les interview qu'on à l'habitude de lire. Je pense que ça trouvera son public.

Vince

J'ai finis le bouquin et c'était très intéressant. Il y a bien sûr sa progression fulgurante (il s'est mis au foot assez tard, mais dès le départ il est clairement au dessus du lot chez les jeunes partout où il passe et quelques années plus tard il était à la Coupe du Monde), d'où le titre du livre. Mais ce qui est intéressant c'est qu'on en apprend beaucoup plus sur les coulisse d'Arsenal de ces dernières années (2006-2011). Avec notamment quelques tacles en direction d'Adebayor, ou van Persie.

PieRR

Tu sais en dire plus par rapport à ces \"tacles\"?

Vince

Vous voulez que je vous traduise les passages?

PieRR

Ca pourrait être sympa oui :)

Skoxy


gunner597

Citation de: VinceVous voulez que je vous traduise les passages?
évidemment maintenant que t'as parlé de tacles a d'anciens coéquipiers on veut tout savoir !

Vince

On va commencer par Adebayor alors ...

[Saison 2008-09] \"C'était une saison difficile sur le plan national. On peut pas le nier. Une controverse suivait l'autre. Gallas se voit retirer le brassard de capitaine et il y avait des rumeurs constantes concernant l'avenir d'Emmanuel Adebayor. Les fans d'Arsenal ne lui avaient jamais pardonné d'avoir fait la court au Milan AC pendant l'été précédent, et parfois son style nonchalant sur le terrain nourrissait les critiques. Je ne pense pas qu'il était un joueur feignant, pas particulièrement en tout cas. Je veux dire, c'est un attaquant, beaucoup d'attaquants sont feignants. Certains commençaient à l'appeler Offside Ade parce qu'il se faisait prendre hors jeu tellement régulièrement par le juge de touche, mais pour moi c'était surtout une façon de se démarquer.\"

[Printemps 2009] \"Adebayor attirait les frustrations de beaucoup de fans pendant toute la saison, mais il y a quelques matchs où il ne faisait rien pour empêcher ça. Il a marqué quelques buts magnifiques comme ce retourné contre Villareal au match aller du 1/4 de finale de la Champion's League, alors que l'on était mené au score. Adebayor était je trouve un joueur fantastique, mais je vais être honnête, et admettre que son attitude était parfois pas au niveau. Il y avait ces matchs où il était sans arrêt sifflé hors jeu, a un point tel où c'était vraiment de la négligence. J'étais aussi surpris, après notre élimination en demi finale de la Champion's League face à Man Utd à domicile, de le voir rigoler et blaguer dans le vestiaire avec quelques uns alors tout les autres essayaient encore d'avaler leur déception après ce qui venait de se passer. Mais c'était Addy.

Je suppose que j'aurai pas du être surpris quand la saison qui a suivit, après avoir rejoint Manchester City, il traverse tout le terrain pour célébrer son but devant les fans d'Arsenal. Plus tard dans le match, il marche sur la tête de Robin van Persie. Il a dit après qu'il avait fait ça car il était déçu que certains joueurs ne lui aient pas serré la main avant le match. Je ne sais pas si c'est vrai, je n'étais pas là. Mais rien ne justifie ce qu'il a fait à Robin, ni cette démonstration de manque de respect envers les supporters, même si il s'est excusé après.\"

TheArmoury

Je trouve qu'il est pas si dur que ça avec Ade, à chaque critique il lui trouve une excuse.
Intéressant tout de même.

we are the Arsenal !

Il devait surement être pote avec lui ou du moins bien s'entendre avec à l'époque !

Vince

Ce sont les seuls passages où il parle d'Adebayor, et je les trouve pas super valorisant. Après ça reste Walcott, il allait pas l'insulter de tout les noms, mais c'est évident qu'il a pas gardé une image positive du bonhomme.

Vince

Van Persie maintenant ..

[Octobre 2008] \"Il y a un moment dans sa carrière où il faut se défendre, où il faut se dire que l'on est plus un enfant et qu'il y a des choses qu'on ne peut plus accepter. Pour moi ce moment est venu à la mi temps d'un des meilleurs matchs auquel j'ai participé, le 4-4 entre Arsenal et les Spurs à l'Emirates, fin Octobre 2008.

Beaucoup de détails ont déjà été rendu publique, même si ça a été dit sous forme de code par William Gallas. Gallas était le capitaine d'Arsenal à l'époque de ce North London Derby, et quelques semaines après il sortait son autobiographie \"La parole est à la défense\". Comme d'habitude quand on sort un livre, il faut faire la promotion avec quelques interviews, et pendant l'un de ces interviews il a donné quelques indices de ce qui s'était passé dans le vestiaire.

Dans le contexte où il se plaignait d'un manque de respect des jeunes joueurs pour les anciens dans le football moderne, Gallas avait declaré que non seulement il était choqué par l'attitude irritable de certaines jeunes stars en équipe de France, mais qu'il avait des problèmes avec certains membres de l'équipe d'Arsenal. Il mentionne ce match face aux Spurs, et comment il a été insulté pendant ce match par un joueur qui avait 6 ans de moins que lui. Gallas racontait qu'il avait du intervenir à la mi temps quand ce même joueur s'en était pris à un autre dans le vestiaire, et que les deux étaient proche d'en venir aux mains.  Les indices laissait peu de doute sur le coupable. Gallas avait 31 ans, et il y avait seulement 3 joueurs de 25 ans ce jour là - Robin Van Persie, Emmanuel Eboué, et Bacary Sagna - donc tout le monde avait compris qu'il parlait de Robin. En fait il parlait de Robin et moi. J'étais l'autre personne dans la dispute. J'étais celui a qui s'en prenait Robin à la mi temps.

Je trouvais que l'on jouait plutôt bien en première mi temps honnêtement. Les Spurs étaient motivés car c'était le premier match d'Harry Redknapp. Je m'étais crée une demi occasion, les Spurs prennent l'avantage sur une volley de 40 mètres de David Bentley. Mais on avait dominé une plus grande partie de la mi temps, et Mickael Silvestre avait égalisé 8 minutes avant la mi temps.

Une fois retourné aux vestiaires, Robin montrait toute sa colère. Et j'étais la raison de son malheur. Je ne lui donnais pas assez souvent le ballon, apparemment. Je jouais volontairement tout seul, j'étais individualiste, apparemment. Je n'avais pas compris tout de suite qu'il parlais de moi. Je trouvais que j'avais fait une bonne mi temps.

Ce n'était pas la première fois qu'il s'en prenait à moi. La même chose s'était produite en pré-saison, lors d'un tournoi à Amsterdam contre l'Ajax. Cette fois ci c'était sur le terrain, pas dans le vestiaire. Il m'accusait de l'ignorer alors que je devais lui passer le ballon. Il était assez survolté parce qu'il était chez lui, il voulait faire son show devant ses compatriotes. Et il n'aimait pas que je l'ignore quand il me parlait. \"Je ne te passerai plus jamais le ballon!\" Il me crie dessus à ce moment là à Amsterdam.  Alors je lui ai répondu \"Alors t'es la grande star, c'est ça?\"

Robin voulait se battre avec moi de temps en temps, et c'était le même groupe dans le vestiaire lors de ce match contre les Spurs. Il me criait dessus, et je n'allais pas me laisser faire. Je n'allais pas accepter ça venant de lui.  Il n'arrêtait pas dire a quel point je ne jouais que pour moi, mais je trouvais qu'il tombait dans la facilité et s'en prenait à un des plus jeunes joueurs, et je lui répondait qu'il avait tort. Je suis resté calme - je restais assis - mais il est devenu complètement dingue. J'essayais de lui parler mais c'était devenu impossible. Il y a des joueurs qui le retenais car il voulait vraiment s'en prendre à moi. Mais je ne me suis pas écrasé. Je n'étais plus un enfant. Je pense qu'une des raisons pour lesquelles il était si en colère, c'est qu'il était surpris que j'ose lui répondre devant tout le monde. Je ne pense pas qu'il s'y attendait.

Finalement les choses se sont calmés. De toutes façons il n'y avait pas d'autre choix, car on était appelé pour la seconde mi temps. Les autres gars avaient l'air assez surpris que le ton monte à ce point là, mais une fois sur le terrain tout était oublié. Les échanges comme ça arrivent dans les Clubs parfois. Ca arrive quand les joueurs veulent désespérément gagner et qu'ils sont dans des situations sous haute pression. C'est le Football.

Il n'y avait pas de rancune persistante de mon côté, et ni du côté de Robin. En fait, tôt dans le seconde mi temps on combine pour obtenir un coup franc, et Gallas marque, nous donnant l'avantage. Cette disputa ne nous avait fait aucun mal, plutôt l'inverse. Quand c'est révélé dans la presse, on en fait une bagarre général, mais la réalité c'est que ça se termine très rapidement. [...]

Plus tard dans la saison, on jouait à Burnley en FA Cup., Robin s'en était pris à nouveau à moi pendant le match, en hurlant sa colère après que j'ai décidé de tirer alors qu'il était mieux placé. Je n'ai pas régis, mais il est rentré chez lui le soir, et a revu le match à la TV. Le lendemain quand il est revenu à l'entrainement, il a admit qu'en fait il n'était pas mieux placé. Il s'est excusé et m'a dit qu'il n'avait pas le droit de m'accuser d'être égoïste.\"

darren

C'est sympa! il a cette intelligence de remettre les choses dans leur contexte ( l'environnement, la pression, les attentes des uns et autres..), comme quoi il faut apprendre a prendre du recul par rapport à toutes les infos quelque soit la source ( presse, auto biographie ou autres) :up:
« on réussit dans la vie en faisant bien ce qu'on sait faire. On a pas toutes les qualités, mais il faut exprimer celles qu'on a  »
« Personne n'a assez de talent pour se contenter de vivre avec ce seul talent. Sans travail, vous n'allez nulle part. »
ARSENE WENGER

we are the Arsenal !

Fait bizarre de savoir que ça a été aussi tendu entre les deux, quand t-on sait le nombre de passes décisives que lui a donné walcott au final lors de sa dernière saison chez nous. C'était un peu grâce à Théo qu'il avait fini meilleur buteur.

vanpverm

C'est très intéressant, merci pour la traduction !

verokiss14

Oui merci pour ces extraits. :up:
Ces faits ne m'étonnent pas. RVP est un joueur de talent mais il a toujours une personnalité assez impulsive.
"I'm going to make this the greatest club in the World"- Herbert Chapman 1925-
"A dream you dream alone is only a dream. A dream you dream together is reality" - John Lennon-

Vince

Le jour (ou un des jours) où Wenger pète un cable :lol:

[Wigan 3-2 Arsenal, Avril 2010] \"On a bien joué en première mi temps. Je suis titulaire et ouvre le score avec une propre finition a 4 minutes de la mi temps. Mickaël Sylvestre double la mise juste après la pause. On se baladait. On pensait revenir dans la course au titre. Et ensuite on a tout gâché. Wigan marque 3 buts dans les 10 dernières minutes et c'était finit. Il n'y avait plus d'espoir.

Je n'ai jamais vu le Boss aussi en colère qu'après ce match. Il était furieux. Il avait eu une grosse colère à la mi temps du match contre Liverpool à Anfield avant Noël, mais c'était pire. Il jetais des trucs, il tapait dans d'autres choses, et il y avait beaucoup de jurons.

J'évitais son regard, comme les autres joueurs, on avait tous notre tête baissée. Je jetais un coup d'œil de temps en temps pour voir où il était. A un moment donné il a pris une poignée de bâtons de chewing gum et les a balancé partout. J'ai vu Pat Rice rester assis alors que le Boss s'en prenait violemment à la défense, et leur reprochait d'avoir trop reculé et d'avoir laissé trop d'espace aux attaquants de Wigan. Ensuite il a cassé la chaise à côté de Pat Rice, et j'ai vu Pat sursauter.

Sol Campbell, qui avait fait son retour au Club, s'en prenait aussi aux joueurs. Il nous disait 'c'est ça la Premier League, il n'y a aucun match facile en Premier League'. Pendant ce temps là, le Boss avançait, et reculait. C'était probablement la seule fois que je l'ai vu perdre son calme à ce point, et c'était effrayant.\"

gunners_dz

Le coté obscure d'Arsène.

Vince



May the Fourth be with you :lol:

DiosBergkamp

Le match de Wigan c'est vrai que c'était une sacré claque ...