Arsenal Supporter Club France

La Legende: Herbert Chapman 1925-1934

Démarré par jones79, 14-10-2009, 22:49:55

« précédent - suivant »

Ben4

"My heart is tied to this football club-Arsenal is my life. This club has deep-seated roots and a tremendous heritage and it is my aim to uphold these important values and help create new history for future generations to recount.\" Arsène Wenger

TheArmoury


Vince

Parade dans les rues d'Islington en 1930


gunner4life


Ben4

"My heart is tied to this football club-Arsenal is my life. This club has deep-seated roots and a tremendous heritage and it is my aim to uphold these important values and help create new history for future generations to recount.\" Arsène Wenger

Vince


Skoxy

Ils avaient des bouteilles d'oxygène pour respirer au moins?? :lol:
Assez impressionnant :respect:

Vince

Après la mort d'Herbert Chapman, Arsenal a décidé de verser à sa femme un salaire à vie (comme hôtesse). Le Club lui a aussi permit d'utiliser à vie la maison de son défunt mari, maison qui avait été acheté par Arsenal à l'arrivée de Chapman.


Vince

06-01-2017, 16:01:41 #38 Dernière édition: 20-03-2017, 20:00:42 par Vince
Comme tout les ans, le Club dépose une gerbe de fleurs sur la tombe d'Herbert Chapman


Vince

22-03-2017, 14:20:57 #39 Dernière édition: 22-03-2017, 14:26:47 par Vince
CiterHerbert Chapman à propos du publique



Extraits de Herbert Chapman on Football qui est un recueil de ses articles pour le Sunday Express

Le danger de la critique

Le Football est tel aujourd'hui que c'est dangereux de critiquer sans connaissance. Il n'y a pas eu de moment dans l'histoire de ce sport où les tactiques employées ont été autant étudiées et les matchs si soigneusement préparés. Donc en ce qui concerne Arsenal, j'en ai jamais fait secret, et je saisit cette opportunité pour dire qu'un homme peut être facilement mal jugé car il joue dans une équipe un rôle qui n'a rien de spectaculaire, mais selon les plans établis, est d'une importance vitale.

Quels sont les ordres? Quels sont les rôles? Si ces choses ne sont pas prises en compte, et si on ne fait pas preuve d'imagination, il y a de très grandes chances qu'un joueur soit injustement traité. L'équité de la presse ne doit jamais être remise en cause, et je ne querelle pas avec les opinions qu'ils expriment, mais je les exhorte à réfléchir au-delà de ce qui parait évident avant de tirer des conclusions.

J'exhorte le publique, dans leur opinion sur le Football, de prendre consciences des changements tactiques importants qui ont eu lieu ces dernières années. Il y a eu des mesures défensives pour resserrer le marquage. La plus part du temps cela vient d'ancien joueurs reconvertit manager ou coachs. Dans ces circonstances quand un joueur doit éviter un tacle, il doit prendre une décision précipitamment. Si il décide de la garder et la perd, il est sujet au ridicule et on lui reproche "de ne pas s'en être débarrassé". On parle de fraction de secondes, mais le rythme des matchs aujourd'hui n'aide pas la précision des passes. C'est en fait responsable de nombreuses passes ratées, et ça créée l'impression que le jeu est pauvre. Mais quand une passe mal dirigée est faites, notez les conditions dans lesquelles elle a été faite et vous pourrez décider qui est réellement fautif. Est-ce que c'est celui qui fait la passe, ou est-ce que c'est le triomphe de la défense sur l'attaque?

Si le publique pouvait être dans la confidence des Clubs, et pouvaient connaitre les tactiques décidées, et l'ambition de ces décisions, je pense qu'ils apprécieraient mieux les matchs. Plusieurs fois on m'a demandé de permettre à des visiteur d'être présent lors de réunion avec l'équipe à Highbury. Mais on ne peut pas non plus donner tout nos secrets. Et pourtant, un spectateur gagnerait tant à mieux connaitre les plans de jeu.

Lors d'un récent match contre Leicester City, Maw vient côté gauche pour faire une touche, il est suivit par John l'arrière du couloir opposé. J'ai entendu un spectateur crier "Regardez Bob John! Il est encore hors de position". Bien sûr que John a suivit Maw. Sans ça, ça aurait permit à l'attaquant de Leicester de se déplacer librement sans marquage, et serait devenu un danger pour l'équipe. Pour un Footballeur accomplit, c'est une évidence, mais c'est ce genre de chose qu'un spectateur doit comprendre pour apprécier le mieux possible l'aspect tactique d'un match de Football.

Les Barrackers*

Il y a beaucoup de malheurs chez les Footballeurs que le publique ignore. J'ai parfois pensé que c'était mieux si ils étaient mis au courant, car ça leur permettrait de comprendre mieux ce qui se passe sur plein d'aspect, et ainsi avoir un jugement plus juste du match. Car le spectateur peut souvent être cruel.

Un joueur du nord m'a une fois dit que les spectateurs au stade l'avaient "pris en grippe". Il me dit "je sais que je n'ai pas bien joué. Au début de la saison, le ballon semblait ne jamais aller comme je le voulais, et je n'y arrivait pas.  Maintenant je joue encore pire que jamais car je pense plus à la foule qu'au match. Ils sont certains que je vais perdre ma place, et qu'ensuite je serai transféré, si un Club pouvait être persuadé de me signer. J'en ai marre. Si j'avais su, j'aurais continué mon boulot et je ne me serais jamais lancé dans le Football".

Un autre incident montre l'incalculable blessure que peuvent faire des "barrackers". C'était il y a quelques années, un jeune arrive dans mon bureau, et je lui met le formulaire devant lui pour signer. J'ai été totalement étonné lorsqu'il s'est mit à mettre ses mains sur son visage, en pleurant. "Ce n'est pas la peine", il me dit. "Je suis inutile pour n'importe qui dans le Football. Je ne peux plus le supporter. La foule s'en prend toujours à moi. Je rentre chez moi et j'espère ne plus jamais taper dans un ballon à nouveau".

Il avait 20 ans, il était professionnel depuis 2 ans, frappé par la douleur, et pourtant c'était un joueur pour lequel j'avais beaucoup d'espoirs. Je savais qu'il avait été chahuté parfois, mais je ne le pensais pas autant atteint. Malheureusement il avait caché ses sentiments, et personne ne savait combien il en avait souffert. Je l'ai persuadé de prolonger son contrat, et l'été suivant il était heureux à nouveau. Pendant un temps il allait mieux, mais à nouveau la foule s'en est pris à lui, et j'ai considéré que c'était mieux qu'il parte pour un nouveau départ - même si ça voulait dire sacrifier un joueur dont j'étais convaincu d'un potentiel exceptionnel. La vérité c'est qu'il était trop sensible.

Personne n'attend des supporters à ce qu'ils soient silencieux; en fait on aime lorsqu'ils expriment leur intérêt et leur enthousiasme. On ne désapprouve pas quand ils félicitent l'adversaire. L'impartialité est une bonne chose. Mais on insiste pour que les joueurs soient traité justement. On ne tolèrera pas de bruyant et vulgaire barrackers. Je suis persuadé d'écrire ceci après ce que j'ai vu, entendu, et ce qu'on m'a rapporté. J'en ai déjà discuté avec des dirigeants de deux autres Clubs qui ont été ennuyé par cette nuisance, et j'ai dit franchement que selon moi, notre rôle est d'avant tout protéger nos joueurs.

Un homme bien connu était chahuté dans les Midlands, et de ce qu'on m'a rapporté, il a perdu son sang froid. Se retournant contre un spectateur, il lui a dit "vient me voir dans le vestiaire, on va régler ça". Évidemment ce genre de chose ne doit pas se produire, et si les Clubs protègent suffisamment leurs joueurs, ça ne devrait pas se produire. Si jamais les joueurs et les supporters devaient se disputer, quel en serait le résultat?

Comment arrêter les Barrackers?

En tant que Club, on ne peut pas permettre que nos joueurs soient chahutés, et les plus fortes mesures sont justifiées. Comme je l'ai dis, on doit donner aux joueurs la meilleur protection. Ils jouent seulement si selon notre jugement ils sont qualifié pour le faire, et c'est la fin du management si la foule dicte les décisions qui doivent être prise par le manager. Et puis, 9 fois sur 10, c'est une question d'opinion si un joueur est un succès ou non. Et qui doit le décider? L'officiel responsable ou la foule?

Les spectateurs, je suis d'accord, sont généralement de bons juges, cependant ils sont facilement aveuglé par des préjugés étranges et extraordinaires, en particulier à l'encontre des joueurs. Mais c'est impossible de toujours juger correctement la valeur du travail d'un homme dans le contexte d'une équipe, et souvent, au moins à cause de ça, ils sont coupable de mauvais jugements.

Mon remède est simple, je n'accepte aucune nuisance grave, peu importe ses formes. Mais si ça doit arriver, je fais appel aux personnes plus justes dans la foule, et j'imagine qu'il y a un bon lot de sportifs dans chaque tribune, pour les empêcher de nuire.

Si ça ne fonctionne pas, alors il faut la manière forte. Un homme qui paie pour rentrer dans le stade a des droits et des privilèges, mais il est autorisé à rentrer dans le stade par la promesse qu'il se comportera bien. Et tant qu'il refusera de se comporter comme un sportif, il doit quitter le stade. J'ai récemment suggéré cette idée pour faire face aux barrackers à un Club sérieusement affecté par eux, mais on m'a répondu qu'ils n'étaient pas prêt à se priver de leur soutient. Je leur ai répondu que c'est justement parce qu'ils font preuve de cette faiblesse qu'ils se trouvent confronté à ce problème.

Une altercation à Highbury

Peut-être la plus embarrassante situation à Highbury s'est déroulé lors d'un match contre Middlesbrough qui a été annulé à cause du trop faible éclairage. Quand l'arbitre et les joueurs ont quitté le terrain, les spectateurs n'ont pas apprécié cette décision, et ont refusé de partir. En attendant dans l'espoir que le match reprenne, les projecteurs se sont remis à fonctionner normalement soudainement. Mais les joueurs étaient dans leur bain, c'était impossible de les faire revenir sur le terrain.

Alors les spectateurs ont envahit la pelouse et se sont attroupé devant la tribune principale et m'interpelaient. J'ai emprunté un mégaphone et je m'apprêtais à leur informer que le match a été annulé à cause d'un problème d'éclairage. Je commence : "L'arbitre, un gentleman venu du Yorkshire ..." mais j'ai été interrompu. Un homme a crié "vous venez du Yorkshire, il n'y a pas de gentleman là-bas!". La foule s'est mise a rigoler, mais a finalement quitté le stade, réalisant que l'arbitre avait décidé d'arrêter le match. Et c'était fini.


* Barrackers que l'on peut traduire en chahuteurs.

Skoxy

THX Vince :up:
Sympa l'anecdote du match annulé contre Middlesbrough, je pensais que ça allait mal finir mais non :lol:

Vince


Vince

:respect: :respect:


jones79

C'est magnifique! Par contre je n'ai pas trouvé à qui a été attribué le titre pour la saison 1933-34. Ce n'est pas Chapman car il est décédé pendant cette saison. L’entraîneur par intérim était Joe Shaw, mais je n'ai pas trouvé son nom dans les entraîneurs qui ont gagné le championnat d'Angleterre avec Arsenal. C'est possible le titre n'a pas été attribué à quelqu'un suite à la mort de Chapman. :shrug:

Thearsenal

Citation de: jones79 le 30-11-2017, 12:02:24Par contre je n'ai pas trouvé à qui a été attribué le titre pour la saison 1933-34.

Selon Wikipedia (ça vaut ce que ça vaut), c'est bien Joe Shaw.
(source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_entra%C3%AEneurs_champions_d%27Angleterre_de_football)
Victoria Concordia Crescit

Vince

Je pense que c'est logique, quand un entraineur est viré, si l'équipe gagne un titre par la suite c'est l'entraineur qui est place au moment du titre qui le gagne.

Officieusement ce titre c'est Chapman, comme les titres de George Allison d'ailleurs.

jones79

Citation de: Vince le 30-11-2017, 14:49:54
Je pense que c'est logique, quand un entraineur est viré, si l'équipe gagne un titre par la suite c'est l'entraineur qui est place au moment du titre qui le gagne.

Officieusement ce titre c'est Chapman, comme les titres de George Allison d'ailleurs.
Oui c'était son équipe, normalement s'il avait survécu il aurait eu 5 titres d'Angleterre avec Arsenal.

Vince


Ben4

"My heart is tied to this football club-Arsenal is my life. This club has deep-seated roots and a tremendous heritage and it is my aim to uphold these important values and help create new history for future generations to recount.\" Arsène Wenger

Vince


Vince

17-05-2020, 16:43:25 #50 Dernière édition: 17-05-2020, 16:45:01 par Vince
CiterArsenal at Heart - Extraits sur Herbert Chapman


Bob Wall, à Highbury

J'ai pu me procurer Arsenal at Heart, l'autobiographie de Bob Wall, qui a été dirigeant à Arsenal de 1928 jusqu'à sa mort en 1981. Le livre a été publié en 1969 donc ça concerne toute sa carrière au Club avant cette date. Il a été engagé par un certain Herbert Chapman pour être son secrétaire, et donc son livre contient pas mal d'anecdotes (certaines assez connue comme la première) sur le manager des Gunners.

Le transfert de David Jack ..

Quelques mois après avoir rejoint le staff d'Arsenal Football Club en tant qu'assistant personnel, Herbert Chapman, alors manager-secrétaire, m'a convoqué dans son bureau. "Jeune Wall, vient avec moi aujourd'hui. Je te montrerai comment faire un transfert. On va signer David Jack, l'attaquant intérieur anglais, de Bolton Wanderers. On rencontre leur Chairman et Manager à l'Hotel Euston. Tu vas t'asseoir à côté de moi, écouter, et ne dire aucun mot. Je ferai la discussion. Est-ce clair ?"

J'acquiesce et je me dépêche de réserver un taxi. On arrive à l'hotel une demi heure avant le rendez-vous. Chapman se dirige immédiatement vers le bar. Il demande au serveur, en lui plaçant 2£ dans sa main : "George, voici Mr. Wall mon assistant. Il va boire un whisky et Dry Ginger, moi Gin et Tonic. On sera accompagné d'invités. Ils vont boire ce qu'ils voudront. Mais je veux que tu fasses attention à une chose. Double la dose de chacun des verres de nos invités. Pour ce qui est de Mr. Wall et moi, son whisky et Dry Ginger ne contiendra pas de whisky, et mon Gin et Tonic ne contiendra pas de Gin."

Quand la paire venue de Bolton arrive, Chapman commande les boissons. On a rapidement vidé les nôtres, il en commande de nouveaux. Les verres ont défilés, et rapidement nos invités étaient d'humeur joyeuse. Finalement, Chapman décide de parler business, et ils acceptent rapidement de vendre David Jack - pour £10.890, une bonne affaire ! Rarement le Ginger Ale et le Tonic n'ont rendu deux personnes si exaltés. Une fois dans le taxi sur le retour vers Highbury, Chapman s'exclame : "Wall, voilà ta première leçon dans le Football. Maintenant tu sais comment faire un transfert !"

Chapman avait toutes les raisons d'être satisfait lors de ce jour d'Octobre 1928, car Charlie Buchan a pris sa retraite à la fin de la saison 1927-28 et il avait identifié David Jack comme son successeur. Mais il savait que Bolton n'était pas vendeur. Ils avaient des joueurs disponibles mais Jack n'était pas l'un d'eux. Alors Chapman a réalisé le premier transfert à 5 chiffres de l'histoire du Football. Et pour moi, un jeune homme de 16 ans en période d'essai, avec mes 25 shillings par semaine, cette opération était fascinante par rapport au flair et à la personnalité de cet homme remarquable.


Au milieu Herbert Chapman, à sa gauche Alex James

Son quotidien avec Chapman ..

Officiellement je devais commencer ma journée à 9h mais Mr Chapman voulait que son courrier soit ouvert et préparé pour lui à son arrivée dans son bureau. Sinon il demandait pourquoi. Donc pour ma protection personnelle, j'arrivais toujours 30 minutes plus tôt. Aucun employé du Club n'avait l'autorisation de quitter le bureau avant d'avoir téléphoné au bureau de Chapman à 18h00 pour demander "Est-ce que je suis autorisé à partir maintenant Mr. Chapman ?"

On avait tous un grand respect pour lui. Je suppose qu'il y avait aussi une dose de crainte lorsqu'on l'approchait. On savait qu'un travail n'était pas simple à trouver. Le pays sortait d'une grande période de crise. On ne pouvait pas se permettre de se faire licencier. Mais Chapman était un grand homme. Si il a un plan en tête, vous seriez prêt à le suivre jusqu'à l'autre bout de la planète pour faire en sorte qu'il fonctionne. On sentait toujours que ce qu'il disait était juste.

Il n'a jamais pensé à lui. Arsenal FC était son credo. Il était dur, mais scrupuleusement juste pour les employés et les joueurs, et il est resté constant dans ses attitudes jusqu'à sa mort.

[...]

Au summum des succès des années 1930s, on devait jouer un match à Bolton, et Joe Hulme a demandé à Chapman si il pouvait rester dans le Lancashire pendant le weekend, car il est originaire de Blackburn. Chapman a répondu : "Si on est bon et si tu es bon, j'y réfléchirai et je te répondrais." On gagné 4 ou 5 à 0 et Hulme marque 2 des buts. Il était très joyeux dans le vestiaire et, en préparant son sac de voyage, il demande "Ok, alors c'est bon Boss pour le weekend ?"

Son visage est devenu incrédule quand Chapman lui a répondu :
"Certainement pas - il n'y aura pas de weekend pour toi. Tu vas jouer avec la troisième équipe à Highbury mercredi".
"Quoi ? Après avoir marqué deux buts ?"
"Et les 3 buts que tu as manqué ?"
Joe devait accepter la décision car à cette époque la parole de Chapman faisait loi, peu ont osé remettre en question son autorité. Joe et moi on a souvent rigolé ensuite de ce weekend manqué.

[...]

Je me rappelle aussi d'une large victoire 7-1 à Molineux contre Wolverhampton Wanderers lors de la saison 1932-33. Les joueurs s'imaginaient que la conférence de presse du lundi matin serait une formalité. Une victoire si complète et évidente. Mais Chapman n'avait pas la même attitude. La conférence a duré presque 2 heures. Une grande partie de cette conférence a été passé à analyser un des 8 buts de ce match, celui que Wolves a marqué !

Pour Chapman ce but était une bêtise, et aurait pu coûter le match à Arsenal. Il a examiné comment le mouvement de Wolves a pu être autorisé par les joueurs, et a mis en évidence le manque de concentration de la défense. Certains joueurs n'ont pas apprécié qu'il se concentre autant sur ce but, alors que Wolves a été largement dominé pendant ce match. Chapman ne voyait pas les choses de cette manière, il voulait dissiper la moindre complaisance avant d'aborder le match suivant. Il savait qu'en faisant cela, il pousserait les joueurs à prendre conscience de leurs défauts autant que de leurs qualités.

Sa relation avec Alex James ..

Peu de gens était prêt à défier son autorité ... à l'exception d'Alex James. Parfois il protestait sur des aspects du programme d'entrainement, ou se disputait avec Chapman lors de réunion d'avant match. Mais c'était Alex, il adorait les joutes verbales. Parfois, je suis persuadé qu'il provoquait Chapman juste pour s'amuser. Mais il était suffisamment intelligent pour savoir jusqu'où il pouvait aller. Il savait qu'il y avait une ligne à ne pas dépasser, car comme n'importe quel joueur, il ne pouvait pas se permettre d'être licencié.

[...]

Alex était une personne volatile, sa passion celtique provoquait des disputes avec Chapman et autres dirigeants du Club. Lors d'un été, il a refusé de prolonger. Je pense qu'il prenait un malin plaisir à énerver Herbert Chapman. Alex a toujours été un rebel. Il venait d'un milieu difficile et n'étais pas prêt à accepter la soumission.

jones79

17-05-2020, 18:27:02 #51 Dernière édition: 19-05-2020, 08:43:49 par jones79
Ah oui, la légendaire Bob Wall une autre époque où les dirigeants restaient toute une vie dans un seul club. Intéressant, ses propos concernant Alex James, le joueur le plus important dans le dispositif mis en place par Chapman sur le terrain.   

Vince

18-05-2020, 14:45:04 #52 Dernière édition: 18-05-2020, 14:46:39 par Vince
CiterLa mort d'Herbert Chapman ..



Le Club, dans l'esprit de Chapman, devait être plus grand que n'importe quel individu. Il ne tolérait pas que quelqu'un, selon son jugement, souille le nom du Club. Malgré sa sévérité, il inspirait la loyauté et aussi de l'affection. Lors de sa mort, les joueurs qui l'ont bien connu étaient en pleurs. Pendant très, très longtemps, Highbury était devenu un endroit vide pour nous tous.

Son décès en Janvier 1934 est arrivé soudainement. Il a attrapé froid en allant voir un match de championnat en semaine, entre Sheffield Utd et Birmingham. Il est rentré dans la nuit à Londres, et bien qu'on ait tenté de le convaincre de rentrer chez lui pour dormir, il a insisté à aller voir la troisième équipe, dans un vent glacial à Guilford. "Je n'ai pas vu les garçons depuis une semaine, c'est une bonne opportunité". Il est mort de pneumonie dans les premières heures du samedi matin.

Depuis plusieurs années, plusieurs fois par saison, moi et plusieurs membres du staff nous avons entendu les bruits de pas dans le couloir d'Highbury, alors que l'on travaillait tard le soir. Ces pas montaient à l'étage en provenance du gymnase, puis traversaient la salle du Board, passaient devant ma porte, à travers le bar à cocktail, jusqu'à la salle de conférence de presse et enfin la tribune. C'étaient les mêmes pas mesurés qu'avait Herbert quand je l'ai connu si bien depuis que j'étais jeune homme.

Parfois, quand j'entends ces sons. J'ouvre ma porte, et je regarde dans le couloir. Je n'ai jamais rien vu. Tout ce que - moi et mon staff - avons entendu ce sont ces bruits de pas mesurés. Si ils sont bien ceux de Chapman, alors je suis sûr qu'il était là pour une très bonne raison.