Arsenal Supporter Club France

Arsène Wenger

Démarré par Vince, 12-02-2008, 20:59:36

« précédent - suivant »

gunner597

Il a eu un bel hommage :up: (meme si je pensais que ca aurait plus festif avec les joueurs et ex joueurs ..) en tout cas  je pense qu'il était ému (moi aussi pour le coup !  :sad:)

Ca va faire tellement bizarre le prochain match a l'Emirates sans AW sur le banc

we are the Arsenal !

Sympa de la part du club de lui avoir remis le trophée en or des invincibles !

Lucasm70

Quelques photos : #MerciArsène  :ascfr:












Vince

L'hommage qui lui a été rendu était magnifique, très beau, tout a été superbement organisé :respect:
L'ambiance pendant le match était l'une des meilleures que j'ai pu vivre à l'Emirates, avec énormément de chants dont pas mal pour les anciennes légendes. Dans les coursives à la mi temps c'était aussi que des chants à pleine voix, c'était unique comme ambiance. Ensuite à la fin du match l'hommage rendu était très beau, tout le stade attentif à chaque mot prononcé par Arsène Wenger, l'émotion sur tout les visages. J'ai vu pas mal de gens pleurer en tribune, dont beaucoup de personnes qui ont 50-60 ans donc qui ont connu bien des Managers à Arsenal. Il y avait comme une communion d'émotions vu qu'Arsène était lui aussi très ému. Et puis voir Arsène Wenger à l'Emirates soulever le Saint Graal, la coupe en or, le symbole des succès de l'Arsenal dans l'ère moderne, c'était un moment spécial. En plus la coupe est donné des mains de Bob Wilson et Pat Rice, des hommes "100% Arsenal".

A noter aussi le bel hommage rendu à Vic Akers et Alex Scott ("Tottenham Hostpur, she's won more than you" a chanté l'Emirates).

gunner597

J'ai regardé sur le player c'était trés sympa trés classe meme si j'espérais qu'arsène se lache un peu plus

Vince

07-05-2018, 19:31:43 #14525 Dernière édition: 07-05-2018, 19:35:36 par Vince


Le discours de Bob Wilson : "Merci d'être resté. Voici quelques mots de ma part. Quand Arsène est arrivé à Arsenal, il y a plus de deux décennies maintenant. Tout le monde posait la même question, Arsène Who ? J'ai eu le privilège d'être l'entraineur des gardiens quand il est arrivé. C'est devenu clair pour moi, comme pour toutes les personnes liées au Club, que cet homme savait exactement qui il était. Le visionnaire Arsène Wenger, une inspiration, il a construit l'Arsenal que nous connaissons et aimons aujourd'hui. Il a transpiré les valeurs de ce Club de 132 ans d'histoire. Il a changé la face du Football dans ce pays. Une centaine de joueurs lui doivent leur carrière. On peut dire la même chose de tous ces entraineurs qui venaient les uns après les autres à London Colney manger à sa table le midi.

Mais au-dessus de tout, Arsène est un homme qui aime profondément les gens, il les aide à tirer le meilleur d'eux-mêmes. Par exemple faire venir George Weah, en provenance du Liberia, et en faire le meilleur joueur du monde. Il est ensuite devenu président de son pays, et il a toujours considéré Arsène comme un second père. Ensuite, il y a tous les gestes, la gentillesse et la générosité, dont il a fait preuve auprès de personnes qui en avaient besoin, et cela peut changer leur vie. Cet Homme est Arsène Wenger. Le plus grand Manager que l'on ait jamais eu.

Une des plus grande figure du Football moderne, et plus important que ça, un homme hors du commun. Mesdames et Messieurs, il n'y a qu'un cadeau que notre grand Club puisse faire, suffisamment approprié et représentatif, pour ce qu'Arsène a offert à Arsenal. Pat Rice l'a dans ses mains, parce qu'il avait peur que je la fasse tomber. Oui, c'est le trophée en or spécialement présenté à notre Club pour notre saison 2003-04. Laissez moi vous rappelez, 38 matchs, 26 victoires, 12 nuls et aucune défaite. Manager Arsène Wenger. Donc Mesdames et Messieurs, le seul et l'unique trophée des Invincibles, que maintenant Arsène va recevoir et garder. S'il vous plait, faite lui un grand accueil."


Le discours d'Arsène Wenger :

"Merci beaucoup.

Avant que je commence, j'aimerai souhaiter à mon collègue Manager Ferguson un bon et très rapide rétablissement.

Merci beaucoup à tous, pour m'avoir eu pendant si longtemps. Je sais que ce n'est pas simple !

Mais plus que tout, je suis comme vous, un fan d'Arsenal. Ca veut dire que c'est plus que simplement regarder un match de Football. C'est une façon de vivre. C'est apprécier le beau jeu, les valeurs que l'on chérit. Mais aussi, c'est quelque chose qui grandit dans tout notre corps, dans toutes les cellules de notre corps, on se soucie, on s'inquiète, on désespère ... mais quand on vient ici, ce théâtre des rêves, on réalise ce que tout ça valait le coup.

J'aimerai aussi remercier tout le gens au Club, qui font que ce Club est si spécial. Et je vous invite, et vous pousse à supporter ces joueurs et ce staff qui restera. Et pour moi, ce groupe de joueur, a une qualité hors du commun. Pas seulement sur le terrain, mais en dehors aussi. S'il vous plait, suivez et soutenez ce groupe la saison prochaine, car ils le méritent.

J'aimerai finir par des derniers mots : vous me manquerez.

Merci à tous pour avoir été une part si importante de ma vie. Et j'espère vous revoir bientôt.

Au revoir"


Vince

Les fans de Burnley qui chantent "One Arsène Wenger" applaudit par les fans d'Arsenal :up:

Invalid Tweet ID

clarck59

J'avais pas vu ça. Très beau geste de leur part :respect:

jones79

Superbe après-midi

Vince


gunner4life

Il aura marqué de son empreinte un club historique. Merci Arsène pour ces nombreux moment fantastiques

Vince


Vince

09-05-2018, 03:17:57 #14533 Dernière édition: 09-05-2018, 03:56:28 par Vince
Vidéo sur les coulisses de l'hommage :up:



Vraiment la meilleure vidéo, tout y est, même la tête retournée de Wenger pendant le match :D

Vince

CiterThe Room 10



Un journaliste du Club (Chris Harris) nous décrit les coulisses de l'interview d'avant match d'Arsène Wenger, pendant ces 22 dernières années, donc c'est aussi un hommage pour le Manager.

"Quand vous arrivez dans le bâtiment des médias dans le centre d'entrainement d'Arsenal, montez en haut vers la salle de conférence de presse, et il y a des chances que vous manquiez la salle 10. C'est la première sur la droite dans le couloir d'en haut, et c'est juste une salle normale. 3 mètres sur 3 mètres, un placard, une fenêtre et un store. C'est très serré, une fois que les lumières, caméras, chaises et panneau d'arrière plan sont installé. Et bien que ce soit mal aéré l'été, on ne peut pas ouvrir la fenêtre car il y a toujours le chien d'une des maisons voisines qui aboi.

C'est un peu la routine, mais ce qui rend la salle 10 spéciale c'est Arsène Wenger. C'est l'espace où le Boss, chaque semaine, donne un interview exclusive au média du Club. Ces sont les interviews que l'on voit sur Arsenal.com, et sur le programme des matchs, et dont la vidéo est disponible sur les réseaux sociaux. Ca a généralement lieu avant que le Boss aille s'assoir pour sa conférence de presse d'avant-match. Donc la routine c'est : arriver à London Colney à 8h le matin. Le Boss peut très bien arriver qu'à 9h30 comme il peut arriver à 8h30. Et il ne va pas attendre si on est pas prêt. Donc il faut avoir le temps de régler les problèmes de dernières minutes. Par exemple dernièrement une mouche volait dans la salle alors que le Boss allait arriver. Ca ruinerait totalement l'interview, au niveau sonore, ou encore pire l'insecte pourrait atterrir sur son visage pendant qu'il parle. Après une longue bataille avec le cameraman, on a chassé la mouche hors de la salle et fermé la porte. Plus de panique.

Ensuite on entend "il arrive". Généralement c'est Dave ou Rino, des employés du Club basé dans le bâtiment des médias, et qui sont assez sympa pour nous avertir. Puis on entend ses pas dans les escaliers, et son accent français généralement en conversation avec notre directeur de la communication, Mark Gonnella. Enfin il arrive dans la salle 10 "good morning". Une petite salle maintenant remplie de sa grande présence. Le Boss est concentré - on est juste le premier arrêt dans une matinée débordée, car après la conférence de presse il y a l'entrainement, et des réunions. Mais il est toujours très aimable.



Ca n'a pas toujours été la salle 10. Le bâtiment des médias n'existe à Arsenal que depuis 2002, juste après le second doublé. Avant ça, on installait une caméra dans la cage d'escalier, près du bureau du Manager, dans le bâtiment principal de London Colney. Et la conférence avait lieu dans une petite salle en haut, ce qui est inimaginable aujourd'hui - on ne pourrait jamais y faire rentrer tout les journalistes, encore moins les caméras. Et si on revient encore plus dans le passé, avant l'âge digital, le Boss allait diner à la cantine puis dans la foulée sur le sofa récitait au dictaphone son discours pour le prochain programme.

Notre accès a évolué, avec l'évolution du paysage médiatique. Mais ce qui a été constant c'est la volonté du Manager de nous laisser cet accès. Et quel accès. On a parlé au boss en moyenne 10 minutes chaque semaines depuis son arrivée au Club. Ca fait 1128 semaines, donc en tout 188 heures à nous parler. Et pensez aussi aux pauvres âmes qui transcrivent les interviews, car 10 minutes de conversation, c'est 1200 mots - ça fait un total de 13.5 millions de mots ces 22 dernières années. Pendant toutes ces années, le Boss a perdu sa voix des poignées de fois, mais il n'a jamais manqué à une interview. Le matin qui suivit une défaite en Coupe d'Europe ? Quelques heures après qu'un des joueurs fait la Une des journaux ? En plein débat publique fiévreux sur le mercato ou plus récemment son avenir ? Il a toujours répondu présent.

Bien sûr, ça aide que l'on ne pose jamais de questions "difficiles". Ce n'est pas ce que les médias du Club font. On est gentiment moqué de temps en temps. En période trouble, un journaliste nous demande "Qu'est-ce que vous lui avez posé comme question ?" on lui répond "Tout est fantastique au Cub, n'est-ce pas Arsène ?" Ca ne veut pas dire qu'on ignorait les gros problèmes - on ne peut pas ignorer ce qui est devant notre nez - mais on fait preuve d'optimisme autant que de réalisme. On ne cherche pas à mettre le Manager dans une situation inconfortable - on laisse ça aux journalistes présent en conférence de presse. Au lieu de ça, on explore de thèmes qui tirent le meilleur du Boss.



Et tout ceux qui passent un peu de temps avec Arsène Wenger, où l'on vu parler, savent à quel point il est érudit. Il suffit de citer un ancien joueur, un moment de l'histoire du Football, où de rentrer en profondeur dans des sujets comme la physiologie, l'évolution des attaquants, l'intelligence en Football, les corps gouvernants du Football, les changements de règles, la mondialisation du Football, la technologie et l'avenir, etc ... sa passion, sa personnalité et ses connaissance sont mise en valeur. Sinon, on connait ses tics quand les choses ne vont pas bien. Quand il débute sa réponse par "Look ...", ça signifie "je préfèrerais ne plus en parler, passons à autre chose". Et si le Boss vous interrompt pour répondre à une question que vous n'avez pas finit de poser, c'est que la question est trop longue.

Quelque chose que vous ignorez sans doute, ce sont les messages personnels. A la fin de nos interviews, on lui demande de réciter à la camera à peu près tout et n'importe quoi. Un message pour célébrer les 25 ans de son ancien Club Nagoya Grampus, un message pour notre jardinier en chef Paul Burgess suite à la récompense qu'il a obtenu, un message pour un fan d'Arsenal qui est malade, Happy Diwali pour les fans indiens, félicitations aux égyptiens pour leur qualification pour la coupe du monde, Un message à Dan Tolhurst de notre équipe de communication suite à son départ après 20 ans au Club, un joyeux anniversaire à Freddie Ljungberg, joyeux nouvel an chinois - en chinois ... Encore une fois, il se plaint jamais, et il le fait avec confiance, sauf peut-être quand il faut parler chinois. Le fait est qu'avec la générosité d'esprit du Boss, la générosité en terme de temps accordé, il a fait sourire des gens dans le monde entier. Et pas seulement quand il est d'humeur, il le fait quoi qu'il arrive.

Sur Arsenal.com vous pourrez lire ailleurs la relation qu'il a entretenu avec nos photographes, Stuart et Pricey. On a pu progresser dans nos métier grâce à l'accès que le Boss nous a donné. C'est la fin d'une ère pour tout ceux associés à Arsenal, et certainement dans la team media. On a écrit le mot "Wenger" plus de fois qu'on ne peut l'imaginer, et c'est une habitude qui sera difficile à retenir. Et donc voilà l'histoire de la salle 10, une salle ordinaire, remplie de mots d'un homme extraordinaire. Ce sera surréaliste d'avoir quelqu'un d'autre à sa place. Si il parle à moitié aussi bien que le faisait Arsène Wenger, on sera ravi."

Vince



:lmao:

Vince

12-05-2018, 03:56:56 #14536 Dernière édition: 12-05-2018, 03:59:06 par Vince
CiterWenger à propos de David Dein de l'Emirates et d'Highbury



Arsenal a publié ce que Wenger a dit lors du dernier "press briefing", des questions/réponses après la conférence de presse destinées à être publiées après l'embargo, le jour suivant.

Quitter Highbury ..

Highbury avait une âme spéciale. C'était comme une cathédrale, une église. On pouvait sentir l'âme des joueurs qui jouaient là. L'Emirates c'est comme quand on achète une nouvelle maison. Ca nous a pris du temps pour nous habituer. C'est un stade fantastique, mais il y avait quelque chose à Highbury qui était impossible à recréer dans un stade neuf.
A l'époque je trouvais 60.000 trop ambitieux, mais ça a marché.

Dein avait des réserves par rapport à ça, et un déménagement à Wembley était possible car on a été longtemps sans trouver d'endroit pour construire le stade. A un moment donné on voulait sortir au-delà de la M25 (sorte de périphérique autour du grand Londres).

Arsenal n'a pas profité des ressources du nouveau stade ..

Ce n'est pas ce qui s'est passé, car d'autres Clubs ont utilisé des ressources extérieures. On a subit un double handicape. D'abord on devait rembourser la dette du stade, et en plus on devait se battre avec des Clubs qui avaient des ressources  bien au-dessus de la norme. J'ai signé pour 5 ans en acceptant que j'aurais des ressources limités, et donc des joueurs moins bons. Je ne voulais pas tourner le dos à ce challenge, je l'ai accepté. C'était une part importante de ma vie et j'en suis très fier. On se devait de le faire. Aucun Club ne peut refuser des gens à rentrer dans son stade.

Des regrets de ne pas être partie plus tôt ?

Peut-être .. je n'ai pas la réponse. La seule chose que je peux dire c'est que j'ai refusé tout les gros Clubs. On ne pourra pas remettre en cause ma loyauté pour ce Club.

Les Spurs qui suivent le chemin tracé par Arsenal il y a 13 ans ..

Le prix pour un stade a doublé, mais le prix des joueurs a triplé voir quadruplé. Aujourd'hui un gars comme Harry Kane, je ne sais pas combien ils peuvent le vendre, peut-être £100m ? Donc ils s'en sortiront. Mais ils devront voir la réalité en face. Est-ce que Tottenham devra vendre ses meilleurs joueurs ? à Arsenal, peut-être. [sourire]

Sa vie dans le Nord de Londres ..

J'ai vécu 22 ans ici, ma fille a passé toute sa vie ici, et elle est à l'université ici. Je suis chez moi. J'aime bien Londres. En fait, je n'ai jamais été dans le centre de Londres sans un chauffeur. Mon trajet ça a toujours été Totteridge-London Colney.
C'est un peu étrange mais doucement tout ça se termine.

Combien de temps il espérait rester en Angleterre ..

Trois ans. Je me suis dit, si tout vas bien, je resterai trois ans - et tout s'est bien passé.

Vince

12-05-2018, 17:17:44 #14537 Dernière édition: 12-05-2018, 17:23:48 par Vince
CiterLe vrai Arsène Wenger



Dans le Times, Matt Hughes parle du quotidien d'Arsène Wenger du matin au soir en passant par London Colney.

A moins de rompre ses habitudes, la première chose qu'Arsène Wenger fera quand il rentrera dans le bus d'Arsenal une dernière fois, à Huddersfield demain, il demandera au conducteur de mettre Levante v Barcelone à la TV. Quand il rentrera, le français ira peut-être manger italien au Cocorico Italiano à Totteridge quelques heures plus tard, sauf en cas de défaite. "Il n'ira jamais diner après une défaite, même si des gens viennent chez lui il ne parle pas. Il va ressasser le match, cherchant les raisons de la défaite, jusqu'à 2 jours après, quand il admettra que les adversaires étaient la meilleure équipe."

Ceux qui connaissent Wenger savent qu'il a vécu la même journée ces 22 dernières années, une routine qui n'est perturbée que par les jours de matchs, et le résultat de ces matchs. "C'est un ermite du Football" explique un ami proche. "Sa voiture sera la meilleure voiture d'occasion à acheter à Londres, car il ne bouge jamais. Il ne va que de sa maison au centre d'entrainement chaque jour, et une fois toute les deux semaines, il va au stade".

Sa routine consiste aussi à l'exercice physique pour rester en forme et en bonne santé. L'homme de 68 ans pèse 75kg, soit exactement le même poids que lorsqu'il a rejoint Arsenal en 1996. Il s'applique un régime nutritionnel assez stricte, des petites portions de salade occasionnellement accompagnées d'un verre de vin rouge, et juste du chocolat comme dessert. "Quand il se lève chaque matin, la première chose qu'il fait c'est stopper son chronomètre. C'est une horloge suisse, tout doit être calculé à la perfection". Sa journée commence par 45 minute d'exercice dans sa salle de gym, à cela s'ajoute natation ou balade en vélo quand le temps le permet. Le français est souvent vu en vélo sur les chemins verdoyants de l'Hertfordshire. Sauf l'été dernier où il est tombé de vélo percuté par une voiture, accident sans gravité heureusement, le conducteur de la voiture était plus choqué que Wenger, qui s'est relevé tout de suite après. Dans ses premières années à Totteridge, il allait aussi au Tennis Club taper quelques balles, mais il a du arrêter quand il est devenu célèbre.

Wenger quitte son domicile à 8h30 exacte, arrivant au centre d'entrainement un peu avant 9h pour commencer sa journée de travail. Sa journée débute par une réunion avec le staff, où il décline les plans et objectifs de la journée d'entrainement - qui débute à 10h avec le manager toujours présent sur le terrain. Un membre du staff raconte qu'il n'a manqué aucune session d'entrainement en 22 ans. "Le Boss organise l'entrainement, et observe toute la session. Il ne délègue pas, il est toujours présent à observer les joueurs, posant des questions."

Après le déjeuner, Wenger visualise à nouveau la session d'entrainement dans son intégralité, puis il a des réunions avec son staff, les joueurs, pour qui sa porte est toujours ouverte. Mais plutôt que des entretiens planifiés, les discussions ont souvent lieu en allant à l'entrainement ou durant la session. Ces dernières années, Steve Bould a dirigé la plus part des réunions avec les joueurs, Wenger préférant le tête à tête.

Wenger a encouragé le Club à construire le centre d'entrainement il y a 20 ans, comme il a été instrumental dans la construction de l'Emirates Stadium, il en est fier et exprime beaucoup de respect pour les employés. Il est doué aussi de talents de diplomates qui lui permettent d'être respecté par tout les gens du Club, que ce soit Stan Kroenke, l'actionnaire majoritaire, ou Alisher Usmanov son grand rival, qui envoie à Wenger un panier de cadeau à chaque noël, que le français donne aux employés du centre d'entrainement.

Un employé du centre d'entrainement raconte : "Il marche au centre d'entrainement pour vérifier que tout soit parfait. Quand ils ont planté de nouveaux arbres récemment, il était en discussion avec le jardiner, pour demander comment ils s'étaient développés. Il s'entend très bien avec le responsable des jardiniers, ils aiment rigoler ensemble, le Boss aime se renseigner sur son travail. Il a vraiment une touche humaine. Il discute avec les gens de la sécurité, il s'entend bien avec tout le monde."

Wenger se rend aussi disponible pour les coachs de l'Academy, qui sont basé sur un différent site, à Hale End. Il accueille aussi les anciens joueurs comme Thierry Henry et Freddie Ljungberg, qui écoutent ses conseils pour développer leur carrière de coach. Il aime tellement parler Football, que ses discussions avec les coachs des équipes de jeunes lui font parfois oublier ses devoirs envers l'équipe première. Un ancien joueur raconte : "Il reprend vie dès qu'il nous voit, on peut voir l'étincelle dans ses yeux. Il adore parler de Football et essaye toujours d'aider."

Les soirées de Wenger sont gravées dans le marbre et se limitent à regarder des matchs de Football, parfois il regarde un documentaire ou une émission politique. Il garde un oeil sur l'avenir, et sa maison n'est pas un musée du Football comme on pourrait l'imaginer, il n'a pas de salle des trophées. Sa nostalgie se limite à quelques photos de ses anciennes équipes, celle des Invincible la plus importante. "Il rentre chez lui généralement à 18h15, il se fait une salade ou va au Waitrose (supermarché). A 19h45 il est prêt pour regarder le premier match, et ensuite il regarde les résumés des autres. Pendant les 10 années où je suis allez chez lui, je ne l'ai jamais vu regarder autre chose que du Football. Il a un énorme écran dans son salon, et il zappe entre les matchs. Il regarde les matchs pour son plaisir, mais les analyse aussi. Quand le Football est terminé, il regarde une émission politique ou lit une autobiographie."

L'appétit de Wenger pour le Football est tel qu'une fois un match terminé, il va instinctivement chercher un autre, même après un match d'Arsenal. "Dès que l'on rentre dans le bus après un match à l'extérieur, la première chose qu'il dit c'est "mettez moi le championnat espagnol". C'est Football, Football, Football. Je n'ai jamais parlé d'un match qu'il n'avait pas déjà vu, ou d'un joueur qu'il ne connait pas déjà. Parfois le staff le test en parlant d'un match en Afrique, ou d'un score, et il répond "oui j'ai vu ça". Ses connaissances sont remarquables."

Malgré tout il a de bonnes connaissances sur d'autres sujets, particulièrement la politique et l'économie. Bien qu'il ne parle très peu de ses opinions politiques, ses amis décrivent un libéral, positionné plutôt vers le centre gauche. A la fin de la saison dernière il a quitté un match pour se rendre à l'ambassade française à Londres, et pouvoir voter contre Marine Le Pen, lors des élections présidentielles. Un collègue raconte : "Il parle beaucoup politique. Il n'exprime pas beaucoup ses opinions, mais c'est plutôt un socialiste. Il parle des droits des animaux, géographie, finance. Il doit lire beaucoup et regarder beaucoup de documentaires. Il suit les cours de la bourse de près et semble très au courant de ce qui se passe sur les marchés financiers."

En ce qui concerne la religion, Wenger est un athéiste. Malgré tout, il a été profondément ému de rencontrer le Pape lors d'un "match pour la Paix" organisé à Rome il y a quelques années, lors du dernier jour du marché des transferts. Il aime sinon voyager, parler dans des conférences dans le monde entier. Il reçoit des offre de dirigeants de multinationales pour des conférences. Il est particulièrement fasciné par la Chine. Lors d'un voyage à Beijing, on lui a proposé un karaoké avec Jackie Chan, qu'il a poliment décliné.

Wenger est tellement dévoué à son travail qu'il n'a droit chaque été qu'à 2 semaines de vacances dans le sud de la France, souvent avec son ex-femme Annie. Le couple reste très proche, Annie était présente dimanche dernier lors de son dernier match à l'Emirates, avec leur fille Lea, qui étudie pour devenir vétérinaire à l'Université de Cambridge. Ils sont allé diner avec 40 amis proches après le match. Son cercle de proche est assez petit, la plus part de ses amis proches sont basés à Strasbourg et Monaco, et viennent de temps en temps le voir à Londres.

Malgré qu'il évite généralement les grandes fêtes, Wenger organise à chaque pré-saison un repas avec tout le staff à l'hotel. Et à Noël, avant la fête organisé par les joueurs, un apéro est organisé. Généralement il ne fait pas d'excès, juste quelques verres de rouges. "Arsène a vécu à Londres pendant 22 ans mais serait incapable de conduire de chez lui à Piccadilly Circus" un ami raconte.

A partir de demain soir, une nouvelle vie débute, avec une vie ré-organisée, et son premier instinct sera de retrouver du travail.

A10GunnerFan

Victoria Concordia Crescit
13 Leagues - 13 FA Cups - 2 Leagues Cup - 15 Community Shields

London is RED!!!

Vince

CiterWenger à propos de la VAR en Premier League, et des départs de jeunes anglais à l'étranger



La VAR en Premier League ..

La Premier League a fait du très bon boulot, mais ils en sont devenu un peu prisonniers maintenant, ils sont réticent aux changements. Le facteur innovateur est pour moi important. Ils ont manqué la première marche avec la VAR. Ils auraient du l'utiliser la saison prochaine car l'Europe va s'en servir, la FIFA va s'en servir. On aura des arbitres qui devront utiliser la VAR en Coupe d'Europe, mais qui ne sauront même pas comment ça marche vu qu'ils ne l'utilisent pas dans leur championnat. Pour un pays qui veut être à la pointe, c'est une décision terrible qu'ils ont faite. Je ne sais pas qui a voté ça, mais c'est un désastre pour ce championnat qui veut être en avance sur les autres.

Quel autre changement apporter à la Premier League ?

Je donnerai plus de chance aux jeunes joueurs, car ils ont un peu disparu du championnat. Pour un Manager c'est plus difficile qu'avant de faire jouer de jeunes joueurs. Parce que le niveau est plus élevé qu'avant. Il n'y a plus de patience, et quand on regarde les bancs en Premier League, on a que des internationaux, plus de jeunes joueurs. Le Football Anglais a investit beaucoup d'argent dans la formation. Le problème c'est qu'il manque l'étape entre les équipes de jeunes et la Premier League. Quand on voit les résultats des sélections anglaises U17, U19, U20, ils obtiennent de bons résultats car les jeunes sont mieux formés. Mais pour ce qui est de l'étape finale, les Allemands sont meilleurs. En sélection, les Allemands sont derrière les Anglais en U17, U19, mais après ils sont meilleurs car ils ont l'opportunité de jouer en équipe première.

Laisser partir les jeunes anglais à l'étranger ?

Le problème que j'ai toujours rencontré avec les joueurs anglais, c'est qu'ils n'aiment pas quitter le pays. A une époque on avait Beveren [comme Club filiale] et quand je disais à un joueur "va à Beveren. la Belgique c'est un bon championnat, va jouer là-bas", il me répondait "Non, Boss, je préfère partir un an en Championship". Ils n'aiment pas partir du pays.

L'internationalisation des équipes ..

Quand je suis arrivé, il n'y avait aucun scout de Club Anglais en France. Je pouvais prendre un joueur français d'où je veux. Maintenant, vous allez à un match de championnat de France, il y a 15-20 scouts de Clubs anglais. Donc la concurrence est partout - Espagne, Pologne, partout.

Finir sur un 5-5 comme Ferguson ?

Non. Je veux une victoire 6-5 !

gunners_dz

 :sad: :sad: :sad: Il va nous manqué !!!  :sad: :sad: :sad:

Vince


Thearsenal

Victoria Concordia Crescit

Nono

Content qu'il parte sur une victoire, triste qu'il ait au moins fait une saison de trop.

PieRR


gunner597

13-05-2018, 23:31:50 #14545 Dernière édition: 13-05-2018, 23:39:45 par gunner597
Citation de: PieRR le 13-05-2018, 23:00:01
Citation de: gunners_dz le 13-05-2018, 13:24:51
:sad: :sad: :sad: Il va nous manqué !!!  :sad: :sad: :sad:

Pas trop non

L'entraineur ne nous manquera pas (en tout cas celui des dernières années) mais l'homme oui :respect:

Tifo

Merci pour tout Arsène  :respect: :respect: :respect:

PieRR

Citation de: gunner597 le 13-05-2018, 23:31:50
Citation de: PieRR le 13-05-2018, 23:00:01
Citation de: gunners_dz le 13-05-2018, 13:24:51
:sad: :sad: :sad: Il va nous manqué !!!  :sad: :sad: :sad:

Pas trop non

L'entraineur ne nous manquera pas (en tout cas celui des dernières années) mais l'homme oui :respect:

Exactement!  :up:

gunner597

Je voulais poster une video mais je n'y arrive pas ,je pense que Vince va le faire mais sur le FB ou twitter du club y a une petite video (50 sec) d'AW qui va voir les Away ou ils chantent "One Arsene Wenger"  :ascfr: en la voyant je me disais depuis qu'il a annoncé son départ il est plus zen,relaché il part en paix  :up:
C'est tellement dommage qu'il ne part avec l'EL ou la qualification en CL :P

Nono

[/size][/font][/color]