Arsenal Supporter Club France

Highbury Stadium

Démarré par serwal, 07-06-2009, 22:05:19

« précédent - suivant »

TheMerse

Citation de: ASH001 le 06-12-2015, 11:48:30
Comme the merse
Je gagne au loto c'est la première chose que j'achète

Sinon on se cotise tous et on se l'achète non? :lmao: :bed:

Bingo ;)

Morton

07-12-2015, 10:01:00 #91 Dernière édition: 14-12-2015, 05:14:38 par Morton
 :lmao: :lmao:  coquegsm

manulondon

Citation de: clarck59 le 03-12-2015, 17:34:17
En même temps, il y a bien quelque part dans highbury square où tu as une vue de l'Emirates. Il suffit juste d'acheter le bon :P

j'en suis pas certain...

Citation de: A10GunnerFan le 07-05-2014, 19:59:26
Ce sera quand même mon plus gros regret: ne pas avoir assisté à un match dans ce mythique stade.

j'ai eu la chance d'en voir un, en 2002   :ascfr: :ascfr:

Vince

Je reposte cette vidéo parce qu'elle est géniale :lol:
Paul Kaye, comédien (il joue/jouait Ser Thoros de Myr dans Game of Thrones), fait la visite d'Highbury, dans un style un peu déjanté


Ben4

"My heart is tied to this football club-Arsenal is my life. This club has deep-seated roots and a tremendous heritage and it is my aim to uphold these important values and help create new history for future generations to recount.\" Arsène Wenger

Taz

1970 : Mise en place d'un syst
Only One Arsenal ! ! ! 


Vince

Et déjà en 1964, le manager Billy Wright qui explique le système de chauffage de la pelouse.


Vince

Credit : Stuart MacFarlane








jones79

Que des souvenirs !! J'ai eu la chance de faire un tour de stade avant sa fermeture en 2006.

clarck59

Sûrement mon plus grand regret en tant que gooner, ne pas avoir connu ce stade (un vrai stade à l'anglaise) et son ambiance :sad:

PieRR

Citation de: clarck59 le 16-12-2016, 18:34:40
Sûrement mon plus grand regret en tant que gooner, ne pas avoir connu ce stade (un vrai stade à l'anglaise) et son ambiance :sad:

Pareil...

Vince

Vue aérienne d'Highbury en 1951


Vince

26-03-2020, 16:28:22 #102 Dernière édition: 26-03-2020, 16:39:29 par Vince
CiterL'homme qui vivait à Highbury



Imaginez vivre dans un stade de Football. Vous pouvez circuler partout jour et nuit, les douches des vestiaires vous servent de salle de bain. Vous gardez les secrets de chaque coins et recoins de chaque tribunes. Les clés de l'entrée d'un des stades les plus mythiques sont en votre possession. C'est votre job d'ouvrir les portes le matin et de les fermer quand tout le monde est parti.

Paddy Galligan a vécu à Highbury, il a commencé comme un des jardiniers lors de la saison 1978-79 et n'en est jamais parti. Difficile de décrire son poste à Arsenal, il était devenu un homme essentiel, un gardien du stade, surveillant le Marble Hall, nettoyant les vestiaires, il faisait toutes sortes de petits boulots, comme le réglage quotidien des tourniquets aux entrées, comme le remplacement des 16 drapeaux avant chaque match sur le toit du stade. Le soir, il traversait le terrain pour rentrer dans son appartement, situé au-dessus de l'entrée de la West Stand. De la fenêtre de sa cuisine, il a une belle vue sur la Clock End.

Thierry Henry décrivait Paddy comme faisant partie intégrante d'Highbury. Tout le monde connaissait Paddy, et Paddy connaissait tout le monde. Des gens comme lui étaient le cœur d'un Club, il y en a de moins en moins en Premier League. Le travail est dispersé à des centaines d'employés répartie dans des dizaines de services. A l'époque de Paddy, comme le dit Pat Rice, Arsenal était plus une famille. "On se souciait des uns et des autres. Si quelqu'un avait des problèmes, on l'aidait autant que possible, et on sait qu'il en aurait fait de même pour nous. On se fiait les uns aux autres. Paddy était incroyable. Si vous aviez besoin de quelque chose, il pouvait faire n'importe quoi pour vous, il était là pour vous."

George Graham avait lui aussi ses habitudes avec Paddy, "Il était toujours là le soir pour fermer le stade. Je l'invitais dans mon bureau le soir, on ouvrait une bouteille de whisky et on discutait. C'était tellement un gars sympa. A un moment donné, je lui disais "faudrait peut-être que je rentre à la maison"." Paddy était déjà à la maison.



Il connaissait chaque centimètre carré d'Highbury comme la paume de sa main. Un de ses endroits préférés, c'était le toit. Aucune sécurité, aucune barrière, et donc une vue imprenable sur Londres. Dès que le soleil était là, il montait, se mettait torse nu et s'allongeait pour bronzer sur le toit d'Highbury. C'était pourtant dangereux, Stuart Macfarlane, le photographe du Club se rappelle : "C'était des pièges mortels. Il fallait grimper sur un siège, attraper l'échelle jusqu'à traverser une trappe, puis il faut grimper une nouvelle échelle de l'autre côté. Ensuite il faut marcher sur des grilles. Sur le devant du toit, c'était des planches en bois, très glissantes. Paddy devait y aller pour remplacer chaque drapeau au dessus de la East Stand, il en prenait un à laver et le remplaçait par un autre déjà lavé. Une fois il a été emporté par le vent, il s'est retrouvé à pendre dans le vide du côté d'Avenell Road." Il est ensuite remonté tout seul comme si de rien n'était et a continué son travail. Une histoire qu'il pourrait raconter à ses amis au pub the Bank of Friendship autour d'une pinte.

J'ai rencontré pour la première fois Paddy par accident en Décembre 1991. Arsenal devait rencontrer Norwich, mais un épais brouillard force le report du match. C'est annoncé à 13h30, juste 90 minutes avant le coup d'envoi. Mais je n'ai pas eu l'info en venant en voiture, pendant les 2h de trajet vers Highbury, bien sûr il n'y avait pas les alertes sur portable à l'époque, et j'écoutais mes mixtapes à la radio de ma Volkswagen Polo. Une fois arrivée, personne dans les pubs, personne dans les rues, pas de vendeur de programme, pas de van à hamburger. En marchant vers l'entrée je rencontre Paddy qui me demande ce que je fais là. Il était amusé qu'une idiote viennent au match sans savoir qu'il était reporté. Il me propose alors de visiter le Marble Hall, il me fait visiter les vestiaire ensuite, puis on s'arrêter dans la Halfway House (petite salle qui donne sur le tunnel menant au terrain) on a pris un thé en mangeant des biscuits tout en regardant les scores des autres matchs sur sa télé portable.

Quelques années plus tard, MacFarlane a repris l'appartement de Paddy. "C'était dans le vieux bâtiment Art Deco devant l'entrée de la West Stand sur Highbury Hill. Une chambre avec un lit simple, avec un grand salon, une cuisine, mais qui avait besoin d'être réparée. Je me rappelle essayer de prendre une douche, sauf que l'eau était brûlante. C'est pour ça que Paddy utilisait le bain ou les douches du vestiaire d'Arsenal. En fait il n'utilisait son appartement que pour dormir." Les gens qui travaillaient tard à Highbury avaient l'habitude d'entendre Paddy en train de couler son bain, avec un maximum de mousse qui déborde du bain. "Ca devait être une vie assez unique, de vivre sur son lieu de travail et dans les vestiaires comme si c'était son manoir."

"Le jour du match il nettoie le vestiaire, fait en sorte que tout soit prêt, aide un peu l'intendant avec les kits, et il est présent dans le vestiaire quand l'équipe arrive. C'est probablement la seule personne en dehors des joueurs et du staff technique à être présent dans le vestiaire tout le temps. Ensuite il nettoie après eux, en attendant leur retour au vestiaire. Il était proche de George Graham, et Arsène Wenger le considérait comme faisant partie des meubles à Arsenal." Paddy entretenait aussi des liens forts avec les joueurs. Dans une interview à propos de sa vie à Arsenal dans un programme, il raconte : "Mon héro sur comme en dehors des terrains, c'est Tony. On ne retrouvera jamais un autre Tony Adams. Je le connais depuis si longtemps, que quand je lui parle, c'est comme si je parlais à mon fils."



Il y a pleins d'anecdote le concernant. Une fois il a perdu le contrôle de la tondeuse et s'est retrouvé dans la North Bank. Une fois il a été envoyé avec un carton comprenant l'intégralité des recettes de la billetterie d'un match, jusqu'à la banque Barclays à Finsbury Park. Il faisait tout les petits boulots. Bien qu'il pouvait paraître brusque et franc du collier, c'était un homme bon et très drôle. Pat Rice : "Paddy était vraiment très amusant. On faisait des matchs entre membres du staff dans le gymnase  au-dessus de la Clock End, et la meilleure façon de le décrire sur le terrain, c'est que c'était quelqu'un qui n'avait peur de rien. 9 fois sur 10 il venait sur vous pour vous tacler ou vous bousculer, ou vous coincer contre le mur ! Il faisait ça à n'importe qui - même George Graham ! Quand il neigeait et qu'il y avait de la glace partout, je faisais travailler les jeunes joueurs pour retirer la neiges des tribunes, Paddy était là avec son chariot aussi, à aider et chambrer. Les jeunes joueurs l'adoraient."

Andy Exley est l'historien du Club, éditeur des programmes, parmi ses différents jobs. Son premier souvenir de Paddy, c'est ce petit gars qui est venu dans le bureau avec une assiette de toasts tartinés de confiture pour la donner à une jeune femme. "Elle avait la gueule de bois, et il l'avait remarqué, donc il voulait l'aider. Je me suis dit, "c'est qui ce gars ?". A la fin de la saison, si il vous appréciait, il vous appelait pour vous faire cadeau d'équipements que les joueurs ont porté toute l'année. C'était dans un sac poubelle, dans la salle à côté du bureau de Pat Rice. J'ai toujours le maillot 2002 de Tony Adams. J'ai donné à mon père celui d'Henry. J'ai le t-shirt d'entrainement d'Igor Stepanovs.

C'était comme une mascotte pour l'équipe. Si il n'était pas présent lors des jours de match, les joueurs demandaient où il était. Il était une sorte de symbole du Club. Si vous venez à Highbury, il était là sur les marches, et les gens venaient constamment discuter avec lui. Il était devenu une personnes à rencontrer pour les fans d'Arsenal venu de l'étranger. D'abord il discutait avec eux, et si il les appréciait, il les faisait entrer jusque dans le tunnel pour leur montrer le terrain. Et quand il regardait leur visage s'éclairer, il était si fier."




Paddy est décédé avec Highbury. Dans l'été qui a suivit la finale de Champion's League de 2006 et qui marquait le déménagement vers l'Emirates, il a eu une crise cardiaque pendant ses vacances en Grèce. Il était inquiet de son rôle à son retour, aucun travail à l'Emirates ne remplacerait celui qu'il avait à Highbury. MacFarlane était dans le groupe lors de la pré-saison, quand la nouvelle est venue. "On était en pré-saison en Autriche, Arsène a rassemblé les joueurs, et l'a annoncé. C'était un moment difficile. Il y a eu une minute de silence. Wenger avait une vraie affection pour Paddy. Pour moi Paddy injectait de la vie et de la joie autour de lui. Il contaminait tout Highbury avec sa bonne humeur."

A l'Emirates, il y a une cuisine pour le staff, derrière le vestiaire de l'équipe première, où l'on peut rentrer pour se faire un thé ou manger un toast à la confiture. Elle s'appelle "Paddy's Kitchen". "Il est toujours dans le stade" dit MacFarlane. "C'était la moindre des choses à faire."

Amy Lawrence pour Athletic

jones79

Très belle histoire.

gunners_dz

Superbe histoire, la magie de Highbury

jones79

Incroyable que Paddy est mort juste après la fermeture d'Highbury.

Vince


jones79

Effectivement,superbe article.C'est vrai que nous sommes beaucoup d'avoir  grandi avec le stade et quelque part c'était notre deuxième maison. J'ai mon logo du forum en grand photo encadrer chez moi, comme ça Highbury est toujours avec moi.