Arsenal Supporter Club France

Les coulisses de la fin de mercato 2011

Démarré par Vince, 15-09-2021, 18:13:40

« précédent - suivant »

Vince

15-09-2021, 18:13:40 Dernière édition: 15-09-2021, 18:22:44 par Vince
CiterLes coulisses de la fin de mercato 2011



Il y a 10 ans, Arsenal a signé pas moins de 5 joueurs en l'espace de 2 jours, les 2 derniers du mercato estival. Et Arsène Wenger n'était même pas présent, il devait se rendre à une conférence d'entraineurs à Genève. Il avait alors une confiance considérable en ceux restés à Londres, le CEO Ivan Gazidis et le négociateur de contrat Dick Law. C'est ce dernier qui a été interrogé par Athletic pour raconter ces transferts de fin Aout 2011. "On travaillait dur pour développer une équipe avec une approche collective. En 2011, l'équipe qui s'occupe des contrats - le secrétaire David Miles, le chef comptable Stuart Wisely, et la responsable juridique Svenja Geissmar - avait travaillé ensemble sur 6 ou 7 mercatos. On connaissait bien les forces de chacun, et ce qui devait être fait."

Le contexte de l'époque est très particulier, Arsenal perd Cesc Fabregas et Samir Nasri pendant l'été, ainsi que Gael Clichy et Emmanuel Eboue. Les cibles de début de mercato, Juan Mata, Santi Cazorla, Gary Cahill et Phil Jagielka n'ont pas pu être signées. Les seules recrues sont Gervinho, Jenkinson et Joel Campbell en plus du jeune de 17 ans Alex Oxlade-Chamberlain. Et alors qu'on se dirige vers la fin de la période des transferts, Arsenal perd 8-2 à Old Trafford. Mais selon Law, le recrutement qui a suivit ce match n'était pas fait dans la panique à cause de ce résultat. "Ce qui s'est passé à Old Trafford était honteux, aucun doute là-dessus. Mais ça n'a pas créé de panique. Ce n'est pas le mot que j'utiliserais. Ce qui s'est passé, à notre surprise, c'est une addition d'opportunités."

Le rôle de Law consistait de faire le lien entre son équipe et les autres départements, il briefait son équipe régulièrement sur les cibles que le Club vise, et leur coûts probables. Les physios Gary et Colin Lewin avec le médecin Gary O'Driscoll s'organisent pour les potentielles visites médicales, et le département médical anticipe les futures annonces. Paul Irwin (Player Liaison), toujours au Club, avait aussi un rôle important. "Le deadline day, mon boulot principal c'est de gérer le traffic, donc je demandais à Paul "on pense signer ce gars, donc il faut le transporter d'un point A à une point B dès que possible". Et Paul, parce qu'il est Paul, trouvait un moyen d'y arriver."



Park Chu-Young ..

Park Chu-Young, et il est la première des recrues des 2 derniers jours, il arrive le 30 Aout. Son Club Monaco est relégué, Park est alors sur le point de signer à Lille, en fait il passe la visite médicale quand Law fait un appel crucial à ses agents.  "Ils ne me croyaient pas quand je disais qu'Arsenal le voulait. Ils voulaient qu'on s'appelle sur Skype, je leur montre ma carte de visite - ils ne me croient toujours pas. Je demande à Ivan Gazidis de les appeler - ils ne croient pas Ivan. Finalement j'ai demandé à Arsène de les appeler." Entendre la voix de Wenger a suffit à satisfaire le camps de Park. Il quitte alors la visite médicale et part pour l'Angleterre sans dire un mot au Club Lillois. Les dirigeants du Club nordiste le cherchaient et sont allé jusqu'à sa chambre d'hotel, pour réaliser qu'elle est vide.

Il arrive à Arsenal avec le numéro 9, "il ajoutera une vrai qualité à notre secteur offensif et sera une bonne recrue pour le groupe" Wenger declare dans l'annonce de son arrivée. Finalement les choses se sont mal passées, avec 1 apparition en Premier League en 3 ans à Arsenal. "Je ne pense pas qu'il ait pu pleinement s'exprimer avec nous" raconte Wenger dans son autobiographie. "Je ne remet pas en question son talent. Mais c'est évident qu'il manquait de confiance en lui. Il n'a jamais pu trouver ce match qui aurait tout changé, le match où il pouvait se dire "finalement je suis assez bon pour jouer ici". Et peut-être que je ne lui ai pas donné assez d'opportunités pour se prouver."

Per Mertesacker ..

L'autre difficulté des derniers jours du mercato de 2011 c'est que c'était en pleine trêve internationale, beaucoup de joueurs étaient en déplacement ou avec leur sélection.Per Mertesacker était au Hyatt Regency Hotel de Dusseldorf quand il reçoit un appel de Wenger. Il impressionne le grand défenseur par sa maitrise de l'allemand, après le naufrage à Old Trafford Wenger considérait que l'équipe avait besoin d'un joueur avec du leadership et de l'autorité. Mertesacker avait été proposé plusieurs fois à Arsenal pendant l'été, il ne lui restait qu'un an de contrat au Werder de Breme, il était donc disponible à un prix réduit de £7m. Mais Arsenal visait alors Cahill et Jagielka. Finalement alors qu'il restait plus beaucoup de temps les Gunners optent pour Mertesacker.

Des arrangements sont fait pour que le défenseur central quitte sa sélection pour s'envoler à Londres et passer la visite médicale. Joachim Low a apprové ce transfert et quand Mertesacker arrive à Heathrow, il se demande si il y a un problème. Il s'attendait à arriver dans un grand hôpital luxueux alors qu'on le dépose dans une maison typique de la banlieue londonienne. Ce n'était pas son logement provisoire mais une petite clinique qu'Arsenal a utilisé ce jour là pour la visite médicale. Avec 4 visites médicale en 1 jour, deux lieux ont été utilisés pour faciliter la charge de travail. "La clinique était miniscule" raconte Mertesacker dans son autobiographie. "Une maison de poupée avec de petites salles, et pas vraiment des machines à la pointe de la technologie. J'ai passé 5 heures dans le scanner IRM - beaucoup de temps pour réfléchir, s'inquiéter, prier." Finalement Mertesacker est emmené à London Colney, alors largement vide - même si il croise Almunia et Squillaci dans le vestiaire de l'équipe première. Arrivé dans la salle des physios il est rassuré, les examens sont positifs et le transfert peut se faire.

Andre Santos ..

"Lors d'un deadline day, il y a une partie qui est planifié mais il y a aussi une partie improvisation" raconte Dick Law. Et c'est ce qui s'est passé avec Andre Santos. Arsenal avait suivit le brésilien depuis un moment, mais son transfert dans le Nord de Londres n'a été sérieusement envisagé que dans la dernière semaine. Le 24 Aout, l'UEFA met une grosse pression sur la fédération turque et finalement le Fenerbahce est bannit de la Champion's League 2011/12 pour des allégations de matchs truqués. Le Club est alors plongé dans le chaos et l'incertitude financière : Santos veut partir, Arsenal en profite. "On a eu l'information que Santos serait disponible pour rien, le montant du transfert était insignifiant." Et pour les termes du contrat, Arsenal est surpris que le joueur donne son accord sur une des offres d'ouverture. "Il était tellement désespéré de quitter la Turquie, il a probablement signé pour 30% de moins de ce qu'on avait budgété." Comme pour Mertesacker, l'appel de Wenger a joué un rôle pour convaincre Santos de signer. Cette fois il a parlé en Anglais, il lui a dit qu'il le suit depuis sa carrière en Serie A Brésilienne. "Quand il faut charmer un joueur, il n'y a personne de mieux qu'Arsène" se rappelle Law.

Yossi Benayoun ..

"Les médias ont dit que c'était à la dernière minute, mais j'étais au courant depuis longtemps que je partirais lors du dernier jour" se rappelle Yossi Benayoun. L'international isralien avait un accord avec Chelsea pour quitter le Club si les Blues signaient une de leur deux cibles : Luka Modric ou Raul Meireles. "J'ai pour la première fois entendu à propos de l'intérêt d'Arsenal 8 jours avant la fin du mercato, et quand j'ai su qu'ils me voulaient c'était un choix facile. J'avais quelques bonnes options, en Angleterre et à l'étranger, mais une fois qu'Arsenal était l'une d'elles, mon choix était fait." Pendant que Chelsea progresse dans les négociations avec Liverpool pour la signature de Meireles, le feu vert est donné à Benayoun et Arsenal. Tôt le matin lors du deadline day, il s'envole de sa sélection à Israel jusqu'à Londres.

Tout se passe bien, il passe la visite médicale, retourne à l'aéroport, sauf qu'à la dernière minute son agent change d'avis. Richard Law se rappelle : "Yossi attendait pour prendre son avion, mais son agent était en train d'essayer de nous entuber. A la dernière minute il décide de demander plus que ce qui était décidé. J'appelle Arsène, et je lui dit "ce gars nous mène en bateau. Je vais lui dire que c'est la seule proposition, et c'est oui ou c'est non. T'es OK ?" Arsène répond, "absolument"." Vu le peu de temps qui restait, le pari pris par Arsenal était un risque payant. A quelque minutes d'embarquer, Benayoun signe l'accord de prêt. 4 recrues, plus qu'une seule à faire.

Mikel Arteta ..

Le transfert qui s'est fait à la dernière heure c'est celui d'Arteta. La priorité de l'été c'était de remplacer Fabregas et Nasri, avec un milieu technique. C'était alors à Gazidis de mener les négociations avec le Chairman d'Everton Bill Kenwright. Cependant le président des toffies refuse de négocier, il refuse chacune des offres d'Arsenal, il ne voulait pas vendre un joueur clé le 31 Aout. "On pensait que c'était mort" se rappelle Law. "Puis Mikel a été mis au courant, et tout est redevenu vivant." Everton est furieux, croyant qu'Arsenal avait monté la tête du joueur. Mais Arteta était lui aussi très remonté, se sentant trahit par son Club qui ne l'a pas informé de l'offre - et qui s'oppose à son départ. "Mikel était chez lui, et il décide dans les dernières heures de se rendre en voiture au centre d'entrainement pour dire à Bill Kenwright en face à face qu'il veut partir. Bill a beaucoup d'expérience en Football, il sait que c'est très difficile de garder un joueur contre sa volonté."

Mais il reste plus beaucoup de temps, Arteta est à Liverpool et une visite médicale à Londres est impossible. Alors des arrangements sont fait pour qu'il fasse des examens dans le Nord Ouest. Ils ont collaboré avec l'équipe médicale d'Everton. Arteta avait souffert d'une blessure aux ligaments croisées il y a 2 ans, donc ces examens sont très importants. La plus part de la visite médicale a été faite au téléphone. "J'ai demandé à Arsenal de me faire confiance" raconte Arteta dans AS. "Si il y a un problème médicale ce sera uniquement ma responsabilité." Ce n'est pas aux médecins de décider si un transfert se fait ou pas, ils ne font que transmettre les résultats au Club et le Manager et le CEO décident de prendre le risque ou pas. Finalement Arsenal prend le risque.

Il y a eu aussi un sacrifice financier fait par le joueur. L'équipe contractuelle était inondée de travail, pour faciliter les choses, le contrat offert à Arteta ne comportait aucun bonus, seulement un salaire de base. Même si c'est quelque chose qui peut être modifié d'ici quelque mois, le fait qu'Arteta accepte ce contrat montre sa volonté que ce transfert se fasse. A 23h il reste le temps d'un dernier couac, le fax d'Everton tombe en panne. Tout le monde retient son souffle jusqu'au bout et finalement le deal est finalisé à temps.



On peut débattre de la réussite et des échecs de ces transferts de derniers jours. Mertesacker et Arteta sont devenu des piliers d'Arsenal pendant des années, Benayoun a contribué de manière positive durant ce prêt. Mais Park comme Santos font partie des plus gros échecs de l'ère Wenger. Richard Law conclu : "Aucun de ces joueurs là n'a couté des sommes folles. Certains de ces joueurs ont beaucoup réussit, d'autres moins et sont partit ensuite." Malgré tout ces transferts ont changé les choses pour le mieux, après un départ calamiteux, Arsenal terminé la saison 3ème, juste derrière Man Utd.

(Athletic)