Arsenal Supporter Club France

John Radford

Démarré par Vince, 15-11-2020, 17:06:14

« précédent - suivant »

Vince

15-11-2020, 17:06:14 Dernière édition: 15-11-2020, 17:09:36 par Vince
CiterJohn "Raddy" Radford



Ce n'est pas le joueur le plus connu et célébré de l'histoire d'Arsenal, mais seuls Thierry Henry, Ian Wright et Cliff Bastin ont marqué plus de buts pour le Club que John Radford. 149 buts marqués pendant ses 12 ans à Arsenal (de 1964 à 1976). Il était un des tout premiers joueurs tatoué en Angleterre, "Death before Dishonour" (La mort avant le déshonneur) est inscrit sur sa peau, et ça correspond parfaitement à son caractère de battant, compétiteur, qui n'avait pas peur d'aller aux duels et de rendre les coups contre les rugueux défenseurs centraux des années 60s et 70s. C'était aussi et surtout un excellent avant centre, puissant, très fort dans les airs avec aussi une bonne frappe de balle, il travaillait sans relâche pour l'équipe, il avait cette qualité de pivot pour garder le ballon devant et remiser efficacement avec ses coéquipiers.

Né à Harmsworth dans le Yorkshire, "Raddy" signe à Arsenal dès l'âge de 15 ans comme apprenti en 1962. Rapidement il grimpe les échelons des équipes de jeunes puis la réserve, marquant pleins de buts au passage, jusqu'à l'équipe première où il fait ses débuts le 21 Mars 1964 à Upton Park. La saison suivante il joue 15 matchs, marquant 9 buts, dont un hat trick contre les Wolves à Highbury en Janvier 1965, alors qu'il n'avait encore que 17 ans - probablement le plus jeune joueur à marquer un hat trick pour Arsenal.

La saison 1965-66 est la dernière avec Billy Wright aux commandes, mais Radford s'installe définitivement dans l'équipe après une défaite 3-0 en Fa Cup contre Blackburn. Il succède à Joe Baker au poste d'avant centre, qui ne rejouera plus pour le Club. Après le départ de Wright, Bertie Mee devient le manager, avec Dave Sexton puis Don Howe au poste d'entraineur de l'équipe première (adjoint du manager). Raddy se développe alors rapidement et devient un joueur mûr et complet vers la fin des années 60s. Il fait d'ailleurs ses débuts en sélection anglaise contre la Roumanie en 1969, mais compte que 2 sélections sur toute sa carrière. Comme beaucoup de joueurs de l'équipe de 71, John n'a pas eu la reconnaissance qu'il méritait.



La saison 1969-70 est celle du premier trophée européen d'Arsenal, en Fairs Cup, contre Anderlecht en match aller-retour. Après une défaite 3-1 en Belgique, les Gunners remportent le match retour 3-0 à Highbury, grâce notamment à un but de la tête de "Raddy", mettant fin à 17 années sans le moindre trophée. La saison suivante, Charlie George se casse la cheville lors du tout premier match à Everton. Il est alors remplacé par Ray Kennedy qui forme alors avec Radford un duo d'attaquants très efficace. Cette saison là, Arsenal remporte le doublé FA Cup & Championnat, et tout les deux marquent 47 buts. Les Gunners remportent le titre en gagnant à White Hart Lane, puis en finale de FA Cup ils gagnent contre Liverpool 2-1, Radford est impliqué sur les 2 buts.

Dans son livre "True Grit", le capitaine Frank McLintock revient sur ce duo Raddy & Ray : "Cette saison là, je n'aurais échangé Ray et Raddy pour aucun autre duo du championnat. Si j'étais en difficulté, je savais que je pouvais jouer long pour les deux attaquants, et grâce à des heures de travail après les entrainements passées avec Don Howe, ils s'occupaient de ces ballons parfaitement. L'un allait au duel pour jouer ce ballon, l'autre ferait une course pour créer de l'espace. Les deux pouvaient jouer face au but, dos au but, et garder le ballon, ce qui est quelque chose qui demande beaucoup de courage sur toute une saison face à des défenseurs centraux qui engageait leurs 90kg dans des tacles en direction de leurs tendons d'Achilles. Ils faisaient aussi des courses si intelligentes [...] l'un d'eux restait dans sa zone, pour que je puisse jouer court avec lui, si ce joueur est pris au marquage je pouvais jouer long, et ils pouvaient profiter de l'espace. On a tellement travaillé ensemble à l'entrainement que je pouvais lire leur corps et interpréter ce qu'ils attendaient de moi même tête baissée, je pouvais anticiper leur prochain mouvement en fonction de la position de leurs pieds."


Ray Kennedy et John Radford célèbrent le doublé des Gunners

Lors de la demi finale de FA Cup 1972 contre Stoke City, Raddy doit jouer dans les buts lorsque Bob Wilson doit sortir sur blessure. Arsenal réussit à ne pas perdre, et lors du replay, Radford marque le but vainqueur qui qualifie les Gunners à Wembley. Mais comme en 1968 en Coupe de la Ligue, Arsenal perd en finale contre Leeds 1-0. La saison suivante 1972-73, Arsenal termine second après avoir échoué de peu de remporter le titre, 3 points derrière Liverpool. Cette saison là, il marque un but à Anfield après une course qui débute dans la camps d'Arsenal, victoire 2-0.

A partir de 1975-76, Frank Stapleton commence à s'imposer à Arsenal. C'est la fin de la carrière de Radford à Arsenal, il marque son dernier but à Middlesbrough en Février 1976. Après des années à subir les coups des défenseurs centraux, les blessures finissent par prendre le dessus sur Radford.  La saison suivante Arsenal signe Malcom Macdonald, Raddy joue à ses côtés lors du premier match de la saison. Mais il n'a plus débuté d'autre match pour Arsenal. Stapelton était le jeune joueur qui prend la place du vieux, comme c'était son cas à une autre époque quand il a remplacé Joe Baker.

Comme Ian Wright, John Radford quitte Arsenal pour West Ham (£80.000), mais il n'était plus du tout le même joueur, ravagé par les blessures. C'est un joueur qui a été sous-estimé en dehors d'Highbury, mais ceux qui l'on connu savent le talent qu'il était. 149 buts marqués en 481 matchs, il a joué un rôle important lors des trophées remportés au début des 70s (Fairs Cup, FA Cup et Première division).

(GunnersTown)

Les buts de John Radford sous les couleurs d'Arsenal.


jones79

C'est un joueur bien connu des supporteurs plus âgés, qui avait marqué un nombre incroyable de buts importants pour Arsenal. Il portait le numéro 9, peut-être le dernier joueur qui réussissait à le porter.