Arsenal Supporter Club France

Une révolution dans le Board

Démarré par Vince, 28-12-2016, 02:49:22

« précédent - suivant »

Vince

28-12-2016, 02:49:22 Dernière édition: 21-12-2020, 19:32:01 par Vince
Citer

David Dein et Stan Kroenke

En début d'année 2007, Arsenal annonce la signature d'un contrat de partenaire avec l'équipe de MLS des Colorado Rapids, dans le but "d'établir la marque Arsenal aux USA". Pourtant le Club aurait pu trouver mieux comme partenaire dans ce continent où ils ont des milliers de fans, qu'une équipe moyenne de MLS basée à Denver. Cependant, bien qu'il ne soit pas à l'origine de ce partenariat, David Dein a tout de suite vu une opportunité en la personne du propriétaire du Club, Stan Kroenke. Un magnat du sport, propriétaires de Clubs ou de parts de Clubs dans 5 franchises de sport différentes, et marié à la riche Ann Walton, héritière du fondateur de WalMart (grande distribution).

Avec les nouveaux contrats TV avec Sky, Setanta, et les chaines étrangères qui commencent à diffuser la Premier League, David Dein tente de convaincre Kroenke d'investir dans un Club de Foot en Angleterre, notamment Arsenal. Et en Mars 2007, Danny Fiszman décide de se séparer d'une partie de ses actions (659 parts pour £3.9m) et de les vendre à un tiers. Cette vente qui ne représente pas grand chose en terme de pourcentage fait passer Danny Fiszman en dessous des 25%, ce qui réduisait son pouvoir de décision dans le Club. Et c'est Stan Kroenke qui récupère ces parts à travers ce tiers. Puis la chaine ITV, qui possède 9.9% des parts du Clubs cherche à vendre, et en Avril 2007 ils décident de vendre leurs parts à Kroenke Sport Entreprises pour un total de £65m. Quelques petits achats plus tard, Kroenke devient propriétaire de 12% des parts du Club.


Dein et Peter Hill-Wood à l'époque d'Highbury

David Dein à cette époque possède 14.5% des parts du Club (il en avait 42% en 1991, mais a fait une belle plus-value en vendant une partie de ses actions à Fiszman). Au sein du Board depuis 2005, Lady Nina Bracewell Smith possède elle 16%, donc cumulé ces 3 personnalités possèdent environ 43% des parts du Club et donc le reste du Board est fébrile. Lady Nina se rappelle "Il [Dein] a parlé à Kroenke de son plan, et Kroenke est un businessman avec un autre plan en tête. Tandis que le reste du Board n'est composé que de fans". David Dein a toujours voulu qu'un représentant des fans d'Arsenal soit présent dans le Board, et pourtant il cherche à faire venir un étranger qui serait là pour faire du profit? Lady Nina est en désaccord avec son plan, et se confie auprès de ses collègues. Ainsi tout le monde est au courant de l'initiative de David Dein, une réunion du Board exceptionnelle est organisée.

Vexé par cette manœuvre dans le dos de tous, le Board vote le départ de David Dein. "Le vote était 100% unanime" déclare le Chairman Peter Hill-Wood. Le 18 Avril 2007, il reçoit une lettre signé par tout les autres membres du Board, lui signifiant qu'il n'est plus dirigeant d'Arsenal Football Club. Il doit ranger ses affaires et partir.

Le contexte de l'époque ce sont aussi les début d'Arsenal à l'Emirates, un stade qui offre de belles perspectives d'avenir, un stade qui n'aurait jamais vu le jour si David Dein était au pouvoir. Danny Fiszman et Ken Friar étaient les membres du Board à l'origine de ce succès. Donc Arsenal n'était plus aussi dépendant de David Dein. Et son fils Darren Dein a aussi fragilisé sa position au Club, et ses relations avec le reste des dirigeants. Darren était agent de joueur, qui s'est mis à représenter de nombreux joueurs d'Arsenal dont Thierry Henry. Beaucoup lui ont reproché ce conflit d'intérêt, qu'il a toujours nié.


Lady Nina et Kroenke

David Dein raconte que cette sortie rapide du Club, où du jour au lendemain il est devenu persona non grata, il l'a vécu comme "un décès familial. Au début c'est le choc, puis la période de deuil". Il voulait agir pour ce qu'il considérait les meilleurs intérêts du Club, mais le faire seul dans le dos de tout le monde a causé sa perte. "Je ne savais pas ce qu'il voulait faire" raconte Peter Hill-Wood. "Je n'avais aucune idée. Je défend l'intégrité d'Arsenal Football Club. On va laisser un américain inconnu prendre le contrôle de notre Club? Je ne pensais pas que c'était une bonne chose".

Le départ de David Dein a aussi mis en doute la position d'Arsène Wenger, le français est arrivé au Club grâce à lui, ils ont construit une solide amitié et sont littéralement voisins à Totteridge. Donc le 19 Avril 2007, David Dein vient au centre d'entrainement pour discuter avec Arsène Wenger, et finalement le français décide de rester. Mais c'est un départ qu'Arsène Wenger aura du mal à avaler. "Il ne l'a pas très bien pris" raconte Hill-Wood, "mais je m'y attendais. Ils étaient très amis lui et David, et le sont toujours".

Après son départ, David Dein continue de justifier son choix de faire confiance à Stan Kroenke. "Tout les riches investisseurs dans le sport que j'ai rencontré, ils y sont pour le sport. Ils sont là pour s'amuser, ils ne cherchent pas de retour sur investissement. Ok, ils ne veulent pas non plus perdre de l'argent, ils en investissent beaucoup, mais ça ne reste qu'une infime partie de leur fortune. C'est un investissement par passion. Ils auraient très bien pu mettre cet argent à la banque, mais ce serait rasant."


Hill-Wood et Danny Fiszman

Suite à ça, Peter Hill-Wood et le reste du Board décide de faire blocage contre l'américain. Et c'est par la voix de Danny Fiszman qu'ils veulent faire savoir que le Club n'est pas à vendre. "On est ouvert à tout ce qui peut faire progresser le Club. Mais il va falloir être très, très, très convaincant pour me faire croire que quelqu'un peut faire un énorme investissement [pour racheter le Club], disons £400-600m de plus - sans espérer récupérer son argent en retour. Et même si c'est 10%, on parle d'environ £50m. Ils sont obligé de récupérer de l'argent du Club, sinon ça n'a aucun sens. De toute manière le Board possède 45.5% des parts, on a évidemment des amis qui nous aideraient à dépasser les 50%. Ils [Dein / Kroenke] peuvent tenter de faire une offre de rachat mais jamais ils ne pourront prendre contrôle, l'avenir du Club est dans les mains du Board." Et dans les faits, le Board décide de geler leurs actions, plus aucun mouvement n'est possible pour les 12 mois à venir, donc jusque Avril 2008.

Finalement le 30 Aout 2008, David Dein décide d'annoncer publiquement la vente de ses 14.5% d'actions ... mais pas à Stan Kroenke, à Red & White Holdings, c'est à dire Alisher Usmanov et son bras droit Farhad Moshiri. Une opération qui lui rapportera £75m! Beaucoup plus que les £292,000 qu'il avait payé en 1981 pour acheter 16.6% des parts.

Stan Kroenke qui aura su rester patient, rencontrera finalement les membres du Board a plusieurs reprises pour les rassurer. Et entre l'Ouzbèque et l'Américain, ils font leur choix. En Juin 2008, le Board est prêt à lui faire une place au Club, et petit à petit il va prendre le pouvoir. De son côté Dein vie un nouvel échec avec Red & White Holdings, et il décide de se dissocier d'eux en Septembre 2008. Dans le même mois, Stan Kroenke devient officiellement membre du Board.

En Avril 2011, tout s'accélère. Gravement malade, Danny Fiszman décide de vendre ses 16.11% à KSE, il meurt 2 jours plus tard. Puis, Lady Nina (viré du Board elle aussi, en Décembre 2008, mais à cause de ses affinités avec le clan Usmanov) décide elle aussi de vendre ses parts à Stan Kroenke. Et ainsi Stan Kroenke avec ses 62.89% devient l'actionnaire majoritaire d'Arsenal Football Club (il en a aujourd'hui 67.05%). Une institution qui aura très peu changé pendant des décennies a été bouleversé en l'espace de quelques mois.

Extraits d'Arsenal, the Making of a Modern SuperClub

gunner597


DiosBergkamp


jones79

Quelle belle histoire, mais comme il y a toujours deux côtés à chaque histoire voilà après le côté obscur, le côte bien. Pendant ses 24 ans au club Dein avait permis à Arsenal de gagner 13 trophées majeurs.Dans la longue histoire du club qui dure depuis 127 ans, Arsenal a gagné 27 trophées majeurs, 13 pendant 24 ans avec Dein comme Chairman et 14 ont été gagnés pendant les 103 ans qui restent.

Dein est aussi l'homme responsable dans les embauches de George Graham et Arsene Wenger. Il a fait venir les joueurs suivants: Ian Wright, Dennis Bergkamp, Patrick Vieira, Emmanuel Petit, Marc Overmars, Thierry Henry, Robert Pires, Sol Campbell, Gilberto, Gael Clichy, Kolo Touré, Cesc Fabregas, et Robin Van Persie. Sauf les deux derniers joueurs cités tous les autres ont contribué à la réussite du club.

Vince

Oui, David Dein a apporté énormément de choses positives à Arsenal. Je me concentrais plus sur cette période, ce qui a fait basculer le Board, et ses décisions (bonnes ou mauvaises). On parlera de toutes ces choses positives qu'il a pu apporter dans un autre topic.

jones79

29-12-2016, 12:11:58 #5 Dernière édition: 29-12-2016, 12:15:36 par jones79
Pas de souci, Vince  ;) Nous sommes là pour débat . Le forum permet d'avoir les points de vu differents

Vince

CiterUne révolution dans le Board - part 2



Cette fois ça concerne le départ de Lady Nina et plus globalement les changements qui ont eu lieu dans la direction fin 2008 avec l'arrivée de Kroenke au sein du Board (pour contrer Usmanov), donc le départ de Nina Bracewell-Smith (et la fin de la dinastie Bracewell-Smith à Arsenal), et aussi l'arrivée d'Ivan Gazidis.


« On pense que vous devriez partir » lui dit Peter Hill-Wood avec l'appui des autres membres du Board. Lady Nina Bracewell-Smith ne s'y attendait pas, juste quelques heures après sa réélection au sein du Board lors de l'AGM d'Octobre 2008. Lors de cet Annual General Meeting, Lady Nina était assise entre Arsène Wenger et Stan Kroenke, qui faisait sa première apparitions publique devant les supporters, juste quelques semaine après son inclusion dans le Board. Une absence notable, celle de Danny Fiszman. Elle va finalement quitter son poste quelques semaines plus tard, après avoir cherché à annuler cette décision. Peter Hill-Wood se rappelle : « Elle est rentré dans le Club car elle a hérité des actions de son défunt mari, et j'aurais vraiment souhaité qu'elle ne parte pas dans ces conditions, car on a essayé de la persuader de rester au Club dans un certain rôle mais elle a refusé. » Un rôle honorifique, pour que la famille Bracewell-Smith soit toujours présente au Club, mais sans pouvoir. « En tant que dirigeante, elle n'était pas compétente. Mais elle pouvait rester dans ce rôle honorifique et garder tout les autres privilèges. Elle a refusée. » Le Board est tout de même rassuré de son départ, car Lady Nina était devenu un problème. « Elle m'a beaucoup déçu car on lui a offert tout les rameaux d'olivier possible. Je suis quelqu'un d'assez facile à vivre, tant que vous ne me contrariez pas considérablement, je m'entends toujours bien avec tout le monde, mais elle était pas très simple à gérer. »

A l'époque, Arsenal était pris en pleine Guerre Froide entre les USA et la Russie, entre Stan Kroenke et Alisher Usmanov. Les deux milliardaires menaçaient de prendre le pouvoir au Club, et bien qu'Arsenal ait d'abord fortement résisté à l'américain, les Gunners ont compris que pour résister à l'Uzbèque ils étaient forcé de s'allier à lui. Et il est reproché à Lady Nina ses relations trop proches avec Usmanov. Les actions sont gelées jusqu'à Avril 2009, mais le Board accepte en attendant d'accueillir Stan Kroenke. Et Peter Hill-Wood dit à l'époque : « Stan Kroenke est absolument le bon genre d'actionnaire, c'est un homme riche, pas un homme qui emprunte comme les russes. Il est très dévoué aux sport, il s'intéresse au Football. C'est quelqu'un de très réaliste, il sait que la MLS ne rivalisera pas avec la Premier League et il apprécie ce qu'on fait à Arsenal. Il n'est pas intéressé à racheter le Club, c'est en tout cas ce qu'il m'a dit, et je n'ai pas de raisons de ne pas le croire ». Ken Friar ajoute : « Il est propriétaire de franchises, il a un beau portfolio. Il a fait carrière aussi dans l'immobilier, donc l'idée c'est de profiter de son expérience en sport et immobilier, ainsi que le merchandising à travers sa famille. On espère qu'il mettra à profit tout ça pour le Club. » Peter Hill-Wood revient sur son retournement de veste au sujet de Kroenke, lui qui l'avait publiquement critiqué. « J'ai dit ça car je n'avais aucune idée qui il était. J'étais contre lui car David [Dein] m'avait dit qu'il n'avait jamais entendu parler de lui, et clairement c'était un mensonge. Je l'ai appelé, je lui ai dit « un américain va racheter les parts d'ITV, je voulais te prévenir ». Il me dit « Oh vraiment ? Je savais bien qu'il se passait des choses ». Donc tout ça m'a vraiment contrarié, mais je savais pas qui était Stan Kroenke. Quand je l'ai rencontré pour la première fois je me suis excusé pour mes remarques, certaines ont été inventées. Il m'a répondu « t'inquiètes pas, moi je suis pas inquiet » ».

Lady Nina s'est toujours sentit marginalisée au Board « J'ai été injustement traité dès le premier jour où je suis arrivé dans le Boardroom. Danny Fiszman était toujours très distant et j'avais le sentiment que si on était pas d'accord avec eux on était marginalisé ». Elle était toléré car ses 15.9% de parts ne devaient pas filer entre les mains de Red & White Holdings - soit Usmanov, son associé Moshiri et David Dein. Seulement une fois l'alliance avec Kroenke forgée, elle ne leur était plus utile. « Ils ne voulaient pas de moi, mais après avoir viré David Dein, j'avais 15% et ils devaient faire avec moi. Maintenant ils ont Stan Kroenke et ils n'ont plus besoin de moi. » Le Board ne craint plus Lady Nina. « Si elle vend ses actions, qu'est-ce qu'on peut y faire ? La situation a beaucoup changé ces 5-10 dernières années. Quelqu'un peut venir et racheter le Club, c'est la fin d'une ère. Et à moins d'avoir 51% des parts on ne peut pas résister à ça, c'est pour ça qu'on a pris ce risque [avec Stan Kroenke]. » Avec l'alliance avec Kroenke, même si Lady Nina vend ses actions à R&W Holdings, ils ne peuvent pas atteindre ces 51%. Le départ de Lady Nina a été rendu possible aussi grâce à celui de son cousin par alliance, Richard Carr, son seul potentiel soutient dans le Board. Il n'a pas eu à voter le départ de Nina Bracewell-Smith et la famille Carr (son frère Clive Carr était aussi dirigeant) a pu garder ses privilèges contrairement à elle. « Je n'avais aucune idée qu'ils allaient faire ça. Et ils ont toujours leur siège dans la loge des dirigeants, moi je n'ai plus rien ». Contrairement à Lady Nina, la famille Carr a joué le jeu et l'a bien joué, ils ont pu gagner une bonne somme sur la vente de leurs actions (18.1% des parts) à Kroenke tout en gardant leurs privilèges. Et Nina Bracewell-Smith s'est sentit trahie par sa belle famille.


Lady Nina, Peter Hill-Wood

Le Board non seulement redoutaient Usmanov, mais David Dein était au centre du projet de Red & White Holdings, l'homme qui les a trahis. L'idée pour Usmanov, c'est que David Dein était quelqu'un d'encore très populaire chez les fans, et il avait toujours une grande amitié avec Arsène Wenger. Mais le manager français ne s'implique pas dans ces enjeux politiques, et Usmanov est majoritairement très impopulaire chez les supporters. Finalement David Dein quitte R&W holding en Septembre 2008, il nie avoir été exploité par Usmanov. « C'était mon choix. J'ai fais venir 2 milliardaires à Arsenal, ce projet a suivit son cours. C'est pas une mauvaise chose que ça se termine, je veux retrouver mon indépendance et dire ce que je pense. » Il est plus un habitué des loges de Red & White (ils avaient 4 sièges dans la tribune des dirigeants et une table dans la salle a manger des dirigeants), et se contente de ses places en Club Level (il en a 4, et d'autres en Upper Tier, il en fait profiter des oeuvres de charité ou des amis). Quelques mois plus tôt, le Board a appris que Lady Nina était présente dans une des loges d'Usmanov a la mi temps d'un match, invitée par Moshiri l'associé de l'Uzbèque, peut-être que si ça c'était passé après le départ de Dein ou que la rencontre s'était faite dans un endroit plus neutre du stade, les répercutions auraient été différentes. Mais c'est arrivé alors que les actions étaient gelées, que le Club craignait un rachat d'Usmanov, et ça a été vécu comme une provocation par le Board. « Virer une dirigeante c'est vraiment extrême comme réaction, et la manière manquait de sensibilité (lors du diner juste après l'AGM). C'est pas comme ça qu'on traite une femme » a dit Lady Nina. « Le Board voulait que je parte, et ils avaient d'autres plans en tête ».

En effet, ils souhaitaient engager un CEO pour remplacer Keith Edelman, et c'est Ivan Gazidis qui est choisit en Novembre 2008. Bien qu'il soit un des membres fondateurs de la MLS, c'est une décision qui n'a pas été prise par Stan Kroenke. « Il n'a pas été impliqué dans ma nomination. Et j'ai demandé à ce qu'il ne soit pas informé avant que je prenne ma décision. » Kroenke lui même a declaré : « Je n'ai rien à voir avec ça. Si c'était le cas les propriétaires des autres franchises en MLS auraient été très fâchés, mais c'est quelqu'un de compétent ». Contrairement à son prédécesseur, Gazidis est un homme du Football. Peter Hill-Wood : « Il a 45 ans, c'est la nouvelle génération, c'est mieux qu'un septuagénaire. D'un point de vue commercial on a du retard à rattraper, beaucoup de choses à améliorer qui sont peut-être étrangères à mes connaissances. Je suis suffisamment réaliste pour être conscient qu'on est pas un petit Club du nord de Londres. Ivan va nous aider à développer le Club dans tout les aspects du business, qui prennent une place plus importante dans tout les Clubs. Ketih [Edelman] a fait du très bon boulot mais pour nous faire progresser à l'avenir, il n'était pas la bonne personne. »

Concernant Lady Nina Bracewell-Smith, elle a gardé ses 15.9% de parts jusqu'en Avril 2011, quand Kroenke a fait une offre de rachat du Club, qui a été suivie d'une offre de rachat d'Usmanov. A ce moment, beaucoup se demandaient si elle allait vendre ses actions à l'américain ou à l'ouzbèque - bien que même si elle avait vendu ses parts à Usmanov, Kroenke avait récupéré suffisamment de parts pour dépasser les 51%. Mais la compétition aurait été beaucoup plus serrée. Elle a finalement opté pour Stan Kroenke et a récupéré une belle somme (plus de £100m). Un an plus tard, en Mars 2012, le Club la nomme vice-présidente d'honneur du Club. Un titre honorifique, mais c'est malgré tout une surprise vu ses relations avec le Board. Elle a d'ailleurs passé les années suivantes à critiquer la direction et Stan Kroenke à travers les réseaux sociaux. En 2018 elle a porté plainte contre ses avocats ainsi que Deloitte, pour leurs conseils lors de la vente de ses actions. Mais en réalité sa plainte porte plus sur les impôts qu'elle a payé sur cette somme (£10m), et sur la somme qu'elle a dépensé pour leurs services (£1.2m). Elle a été selon elle forcée à l'exile à Monaco pour réduire les dépenses en terme d'impôts et demande des dommages pour la « détresse et les désagréments » de ce déménagement, car elle ne voit plus aussi souvent qu'avant sa famille et ses amis en Angleterre. Elle a finalement reçu £11.6m de réparation.

(Arsenal, the Making of a Modern SuperClub)

DiosBergkamp

Ils en ont des problèmes les millionnaires  :lmao:  :guinness: