Auteur Sujet: Un film sur Arsenal 1989  (Lu 439 fois)

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 80316
    • Voir le profil
Un film sur Arsenal 1989
« le: 07-02-2017, 14:59:55 »
Universal Pictures est en train de tourner un documentaire sur l'épopée d'Arsenal lors de la saison 1988-89 et le scenario le plus incroyable dans l'histoire du championnat anglais. Les acteurs de l'époque (joueurs et manager) sont interviewé, ce film se concentrera beaucoup sur le dernier match à Liverpool, et les circonstances de ce match mais aussi sur le reste de la saison. Ce n'est pas le premier documentaire sur le sport réalisé par les producteurs hollywoodiens, dernièrement il y avait eu I Believe In Miracles sur Brian Clough, ou un documentaire sur le champion de F1, Senna.




Trailer d'I Believe in Miracles produit par Universal Pictures :


TheArmoury

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 38753
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #1 le: 07-02-2017, 19:06:30 »
À suivre donc :up:

Ben4

  • Titulaire
  • *****
  • Messages: 3928
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #2 le: 07-02-2017, 19:39:48 »
C'est bon ça!!
"My heart is tied to this football club-Arsenal is my life. This club has deep-seated roots and a tremendous heritage and it is my aim to uphold these important values and help create new history for future generations to recount.\" Arsène Wenger

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 80316
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #3 le: 11-10-2017, 14:10:01 »
Le trailer est dévoilé par le Guardian :up:



ça a l'air très bien fait !

clarck59

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 15061
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #4 le: 11-10-2017, 15:44:04 »
:up:

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 80316
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #5 le: 11-10-2017, 16:07:54 »

Ben4

  • Titulaire
  • *****
  • Messages: 3928
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #6 le: 12-10-2017, 21:43:43 »
:respect:
"My heart is tied to this football club-Arsenal is my life. This club has deep-seated roots and a tremendous heritage and it is my aim to uphold these important values and help create new history for future generations to recount.\" Arsène Wenger

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 80316
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #7 le: 08-11-2017, 19:19:11 »
Le DVD sort très prochainement (disponible en pré-commande sur Amazone), et il est diffusé en avant première dans des salles londoniennes comme ce soir à l'Odéon d'Holloway Rd, avec pas mal de célébrités ..





Alan Davies



Amy Lawrence



Alan Smith



David O'Leary



Lee Dixon



David Seaman
« Modifié: 08-11-2017, 19:20:55 par Vince »

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 80316
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #8 le: 08-11-2017, 20:03:09 »


Michael Thomas



Tony Adams, et son costume préféré



Le fils de David, Ryan Rocastle avec Ian Wright (qui n'était pas à Arsenal en 1989 mais qui participe à ce film)



George Graham



Steve Bould, toujours aussi souriant



Jack Wilshere est là, avec madame


Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 80316
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #9 le: 08-11-2017, 21:30:55 »
PS : Seaman non plus n'en faisait pas partie !



Paul Davis



Perry Groves





Q&A

Nytak

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 7095
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #10 le: 08-11-2017, 22:56:51 »
Adams n'a qu'un seul costume c'est pas possible....
Il est affreux.
J'ai vraiment hâte de voir ce film sinon.

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 80316
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #11 le: 09-11-2017, 16:16:40 »
Citer
Q&A : George Graham, Tony Adams, Amy Lawrence, Lee Dixon et Michael Thomas



Le comédien Alan Davies a posé des questions au personalités citées dans le titre avant la diffusion du film.

Alan Davies : Dans ce film, ce qui est bien retranscrit, et vous le verrez, c'est l'esprit d'équipe extraordinaire entre ces joueurs. Ca vient d'où ?

George Graham : Ca vient du travail dur, chaque jour à l'entrainement. C'était très difficile de travailler avec eux au début [rires]

Michael Thomas : C'était juste moi je pense [rires]

Lee Dixon : T'étais difficile à vivre à la fin ...

GG : Leur attitude à l'entrainement, j'étais chanceux d'une certaine manière, car j'ai fais venir quelques jeunes joueurs de divisions inférieurs, il y avait une politique axée sur la jeunesse au Club. C'était superbe, donc j'ai fais venir des joueurs qui ont faim venu de partout. C'était facile de les diriger, du gâteau. Je n'ai rien d'autre que de l'admiration pour eux.

AD : Mon ami [comédien] Ian Stone m'a rappelé que l'on ne serait pas ce soir ici si vous n'aviez pas perdu bêtement ces matchs contre Wimbledon et Derby à domicile, juste avant Anfield. En tant que manager, qui est responsable de ces mauvais résultats ?

GG : On l'a fait exprès [rires], pour être champion à Anfield.

AD : Hmm .. j'y crois pas trop. Tony, je viens vers toi, ton avis ...

Tony Adams : [rires] C'est difficile de parler avec lui [GG] ? Pff quel soulagement de ne plus avoir à travailler avec lui. Je suis assis là, je me dit "Dieu Merci", c'était tellement dur tout ces putain de jours [rires]. Je me sens courageux aujourd'hui.

AD : Il y a des souvenirs qui te reviennent du film et de la soirée, par rapport à ce que t'as pu oublier de 89 ?

TA : J'essaie de refaire le puzzle, comme je disais à Bouldy. Je me rappelle un peu du vendredi soir [après le match], j'avais donné des coup de poing dans le plafond du vestiaire. Ils avaient ce vieux plafond, comme maman et papa, faux plafond, vous vous en souvenez ? On s'amusait à donner des coups dedans pendant qu'on buvait le champagne. Pour le samedi je n'ai aucun souvenir ... j'essaie encore de retrouver des pièces du puzzle. Je crois que la nuit du samedi au dimanche j'ai dormi à Highbury, pour être prêt pour la parade le lendemain matin. Donc si quelqu'un sait ce que j'ai fais entre temps, faites moi savoir ! [rires]

AD : Maintenant Lee Dixon, j'ai parlé avec toi en 2002 quand Arsenal a joué à Old Trafford et y a gagné le titre, tu m'a dit que c'était super d'y aller sans avoir peur. Tu m'as dit que par le passé, quand vous alliez à Old Trafford vous étiez intimidé, ils avaient une grosse équipe, et les arbitres étaient intimidés. Alors Anfield ... pourquoi il n'y avait pas cette même peur ?

LD : C'était intimidant. Je pense que le Boss a fait une équipe dont il était confiant. Il est à deux siège de moi, mais il y avait une confiance en nous, et ça me donnait confiance. C'est difficile à expliquer mais il y avait une confiance mutuelle que ce que l'on faisait était juste. On entendait régulièrement George nous dire "si vous faites ci ... si vous faites ça ... si vous travaillez dur ... on obtiendra le résultat et on gagnera des titres'. On y a tous cru car sinon on se prenait des coups de bâton, littéralement pas métaphoriquement ! Donc on répète les mêmes exercices. Et quand on va à Old Trafford ou à Anfield avec les joueurs de Liverpool qui touchent ce panneau, penser à Hillsbrough, penser à tout ça, c'est facile de ne pas répondre présent. Donc je préférais penser à cette confiance que George avait en moi, 'tout va bien, George m'a dit que tout irait bien'. Voilà comment ça s'est passé.

AD : Michael, quand tu te retrouves en un contre un, t'avais peur ?

MT : Clairement, clairement. [rires]

TA : Lequel [un contre un] ?

MT : Oui, j'ai manqué un duel, je le sais. A ce moment j'ai cru que je ne pourrais pas tirer. Sur le second, je savais que cette fois je la mettrais au fond. J'avais ce sentiment en moi.

LD : T'aurais pu nous le dire 20 min avant ! On aurait moins stressé [rires]

AD : George, de nos jours il y a ce superbe centre d'entrainement, avec ces terrains parfaits. A l'époque vous vous entrainiez sur les terrains de l'University College London, seulement le matin, et Highbury était un bourbier. Pourquoi étiez vous tellement meilleurs que l'équipe actuelle ? [rires]

GG : C'est une question sérieuse ? [rires]

AD : Sérieusement, les installations n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui, les terrains pareil, il y avait quelque chose dans cette équipe qui a permit de produire une grande saison.

GG : Je pense avoir répondu plus tôt ... j'ai fais venir 3 joueurs, qui étaient de bons joueurs. J'avais vu jouer Lee à Stoke City, j'ai pris aussi Stevie Bould. Kevin Richardson à Watford. Nigel à Wimbledon. Ce n'étaient pas de grosses, sensationnelles, signatures. Et puis j'ai hérité de merveilleux jeunes comme David Rocastle, Mickey [Thomas], Tony [Adams], et Tony encore ...

AD : Quand tu étais à Millwall, t'étais au courant de cette nouvelle génération à Arsenal qui arrivait ?

GG : Je ne connaissais pas beaucoup de joueurs de première division à l'époque, mais j'ai vite réalisé en arrivant au Club de la qualité des jeunes. J'ai pas cité Martin Keown, Tony s'imposait, Stuart Robson, Martin Hayes ...

MT : Gus [Caesar], ton chouchou ... [rires]

GG : J'avais des joueurs qui ont faim. Ils avaient envie. Ils avaient de la passion. Je me suis dit que si j'arrive à les faire jouer ensemble, en les traitant tous pareil, et j'ai été très, très, très stricte là-dessus ... enfin tout le monde sauf Tony ! [rires] Alors on irait dans la bonne direction. A Millwall j'ai eu ma révélation pour ce métier d'entraineur. Puis à Arsenal, pouvoir manager ces garçons, qui étaient de bons joueurs, on a développé une très belle équipe.

LD : George, tu sais ce livre de coaching que t'avais. Il n'y avait qu'une seule page dedans en fait ? [rire]

GG : J'étais un grand fan du Milan AC, c'était une des meilleures équipes à l'époque. Ils jouaient le hors jeu encore mieux que nous, et ça veut dire quelque chose.

AD : Tony n'est pas d'accord.

GG : Ils étaient fantastique, mais ce qu'ils faisaient c'est signer les 3 meilleurs attaquants du monde, ils étaient hollandais [Van Basten, Gullit et Rijkaard]. Je me suis dit que je laisserai mes attaquants faire ce qu'ils veulent, je travaillerai avec les défenseurs. Et c'est ce que j'ai fais, j'ai pas arrêté de travailler avec les défenseurs.

AD : Amy Lawrence, tu es responsable de cette réunion. Tu es la personne qui a rassemblé tout le monde, c'est déjà une soirée spéciale. Tu étais dans les tribunes ce soir là en tant que fan d'Arsenal, j'ai vu le film, et t'as fais vraiment quelque chose de grand avec ce film, tu as réussit à capturer l'émotion de cette soirée. L'émotion avant le match, le coup d'envoi retardé, ce moment avec les fleures, il y avait une ambiance intense et la dernière demi heure, alors qu'on menait 1-0, c'est la demi heure la plus émouvant de nos vies. Est-ce que tu es fière de ce que tu as accompli ? Je pense que tu peux ...

Amy Lawrence : Merci, mais ce n'est pas vraiment mon œuvre, c'est la leur. Rien de ça ne se serait produit dans ce qu'ils ont fait à l'époque, et on est tous ici reconnaissant. Ce match c'est un tournant dans ma vie. Ca semble bête, mais j'avais 17 ans, je pensais tout savoir, mais on ne sait jamais tout. Quelque chose s'est produit que l'on croyait impossible. J'ai vu qu'on pouvait faire quelque chose qui n'était pas sensé se produire. C'est intéressant quand on parle de l'émotion de cette soirée, car c'était un moment charnière du Football. Ce film c'est évidemment à propos de la dramaturgie de ce dernier match de la saison. Mais il y a une énorme émotion autour du Football à l'époque. On est 41 jours après le drame d'Hillsbrough. Quand on est un fan à cette époque là, où dans le Football, c'était un moment unique. On essayait tous de digérer ce qui s'était produit, l'inimaginable, et puis vivre ensuite ce match, avec cette équipe qui se bat pour ce qu'elle pensait perdu, contre le grand Liverpool qui sortait de ce traumatisme incroyable. Cette soirée, cette intensité dans le stade, je n'ai jamais connu ça ailleurs.

AD : C'était un moment incroyable dans bien des aspects, c'était la fin de quelque chose et le début d'une autre. Ca a été très bien retranscrit ..

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 80316
    • Voir le profil
Re : Un film sur Arsenal 1989
« Réponse #12 le: 10-11-2017, 01:08:04 »