Auteur Sujet: Paul Merson  (Lu 1572 fois)

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Paul Merson
« le: 05-10-2009, 10:15:42 »
Topic de Magic Merse
[---]

[large]On ne donnait pas plus de 6 mois à Wenger[/large]

Article (en VO) pour le Daily Star de Merson, à propos des premiers mois de Wenger et des changements radicaux avec les méthodes de George Graham.

Citer
WE ONLY GAVE WENGER SIX MONTHS



ARSENE WENGER may have just clocked up a record 13 years at Arsenal but when he arrived the players gave him six months tops.
No-one had ever heard of him – not one of us! Not for nothing was he dubbed Arsene Who?
But we were soon won round by the way he made training so interesting. The lads were flying in each morning because it was unbelievable.
Don’t get me wrong, George Graham was a great manager and what he did worked because we won trophies – but it was mundane. I could have told you in October what we would be doing on a Tuesday in February.

Arsene was so far ahead of his time. Everything was on the clock. You could be hitting mannequins with the ball but after 20 minutes it would stop.
The same with 8 v 8. As soon as the time was up it would end. If it was 1-1, there was no winning goal. He’d make it so different.
In 8 v 8 he’d vary it all the time, like having two touches if you play forward and just one if you pass backwards. You’d never just play a game, you’d have to use your brain.
Then there was the finishing with centre- forwards. He’d stand on the edge of the six-yard box and roll it in for you to smash into the net past the keeper.
You’d think, ‘What was that for?’ But believe it or not, they are the hardest ones on a Saturday.

At your pre-match meal, he’d walk round saying “chew to win” to make sure you ate your food properly. You had to constantly chew your food, you couldn’t gulp it down.
He’d changed the diet, of course. You could only have a certain-sized steak and everything was carefully monitored.
There was a bit of resistance at first to the stretching. We’d come in and do this stretching  no-one had ever seen before.
When we went away with England, the Arsenal lads would be doing them when we were warming-up or warming-down. Eventually all the England squad did them.

He wasn’t a shouter. I remember we were beaten 1-0 at home by Wimbledon and Tony Adams went mad. He said to Arsene: “Why don’t you say something? We’ve just lost at home to Wimbledon.”
He just stood there calm as you like and said: “What do you expect me to say? You’ve just lost 1-0, there’s nothing I can do about it.”
That left Tony speechless, because we’d been used to George going mental. As for the boozing, I was sober at the time and had been in treatment. But he stopped drinking in the players’ lounge and on the coach straight away.

At Walsall I tried to take some of his diet and fitness things there. Now virtually everyone does it. You can see why when he came in, England had never been near winning the World Cup.
He can’t have been the only coach who was up there when it came to all these brilliant new ideas.
You can talk about the likes of Bergkamp, Vieira and Henry but Arsene is the best signing Arsenal ever made and David Dein deserves credit for spotting him.
It was nice to work under him for a year and he didn’t want me to leave but I went with the money at Middlesbrough.

He doesn’t like that but people have to pay the bills. I can’t speak highly enough of Arsene but Arsenal are becoming the team that everyone wants to watch because they don’t win anything any more.
They smashed Olympiakos 2-0 on Tuesday but it was still drama. It was like that match against CSKA Moscow three years ago when they drew 0-0 but could have 14 or 15-0.
Some day they will beat someone so badly and smash that record of Manchester United when they beat Ipswich 9-0.
I watched them beat Reading 4-0 a few years ago and it was the best football I’ve ever seen.
It was like watching the PlayStation. But people want to win and it was only last season when people were asking whether he’d still be there or not.

As to why he has not made lots of signings, well, Arsene knows every footballer in the world. Ask him about the centre-forward at Austria Vienna, he’d tell you everything about him.
So if there is no-one out there who would fit into the Arsenal way, he would not buy just for the sake of it.
Fans have got to go with him because, believe you me, if he ever goes they will never find his like again.

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #1 le: 08-01-2011, 16:41:07 »
Glen Johnson sur son twitter à propos de Paul Merson (le vrai pas celui du forum ^^)

Citer
Comments from alcoholic drug abusers are not really gonna upset me and who is Paul Merson to jugde players
Citer
He was average at the best of times, the only reason he's on that show is coz he gambled all his money away. The clown!
Quel abrutit, surtout qu'il n'a rien à se reprocher sur la saison de Liverpool :boring:

TheMerse

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 12840
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #2 le: 08-01-2011, 17:44:42 »
Et dire que c'était un joueur moyen au top de sa forme montre bien qu'il n'est pas objectif du tout et que c'est l'orgueil qui parle :lol:

Merson n'était pas irréprochable sur son physique et son rythme de vie perso mais il compensait sur le terrain par du génie !

Il y est pour beaucoup si on gagne le titre en 1989 et la Coupe des vainqueurs de coupe par la suite...

gunner597

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 30332
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #3 le: 08-01-2011, 19:20:23 »
j'espère que Merson répondra, franchement il se prend pour qui

Symon

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 7440
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #4 le: 08-01-2011, 20:32:21 »
Citation de: Vince
Glen Johnson sur son twitter à propos de Paul Merson (le vrai pas celui du forum ^^)

Citer
Comments from alcoholic drug abusers are not really gonna upset me and who is Paul Merson to jugde players
Citer
He was average at the best of times, the only reason he's on that show is coz he gambled all his money away. The clown!
Quel abrutit, surtout qu'il n'a rien à se reprocher sur la saison de Liverpool :boring:
euh pk s'en prend il à lui?

adam

  • Membre ASCFR
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 11633
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #5 le: 08-01-2011, 20:55:22 »
Glen Johnson. Le plus nul joueur de liverpool cette saison avec Kyrgiakos.
Ozil surcoté.

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #6 le: 01-04-2011, 02:12:49 »
[large]Merson - J'ai dépensé £800,000 dans les paris en 2 mois[/large]



Dans son livre intitulé 'How Not To Be A Professional Footballer' (comment ne pas être un football professionnel), Paul Merson raconte comment ses addictions multiples ont détruit son mariage, sa raison, et presque sa vie. Voilà un extrait où il revient sur son addiction aux paris:

\"J'ai parié des sommes dingues, £60,000 par ci, £80,000 par là. J'étais à côté de la plaque et je pariais sur absolument tout et n'importe quoi.\"

Il raconte dans son livre qu'il a en tout dépensé £7 million pendant ses 20 années d'addictions aux jeux. Il confesse qu'il a même été jusque refuser d'emmener sa femme enceinte à l'hopital alors qu'elle allait accoucher, trop concentrés sur un match de football américain sur lequel il avait parié.

\"J'étais tellement drogués que je n'étais même pas heureux quand je gagnais.\"

Lorsqu'il est partit jouer à Middlesbrough, il a vécu dans la même maison que Paul Gascoigne.
\"On était un couple de déglingués. On était comme des bombes à retardement, mais on s'est bien marré. Gaz était un alcoolique et un taré. J'étais un alcoolique, un parieur compulsif avec un passif d'addiction aux drogues dures.\"

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #7 le: 13-10-2011, 15:24:48 »
[large]Paul Merson échappe de peu à la mort[/large]



Paul Merson a été arrêté pour suspicion de conduite en état d'ivresse après avoir embouti sa mercedes (voir photo) dans un camion du ministère de la défense. Il a miraculeusement survécu à cet accident sur la M40 à 3.30 du matin. Il a perdu le contrôle de sa voiture, mais il ne s'en sort qu'avec des contusion à la tête. La Police l'a emmené à l'hopital pour se soigner. Si les analyses de sang sont positif il pourrait être arrêté.

\"Je me suis endormis et j'ai tapé le terre plein central. Ma tête a tapé le pare-brise et j'ai perdu le contrôle de ma voiture. Je suis très chanceux d'avoir survécu. J'ai réussis à sortir tout seul et les services d'urgence ont été excellents. Maintenant je veux juste rentrer chez moi et me reposer.\"

jones79

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 6223
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #8 le: 13-10-2011, 20:05:16 »
j'éspere pour lui qu'il n'a pas controlé postive cela ne se pardon pas en Angleterre

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #9 le: 13-10-2011, 20:15:19 »
Il avait surement bu, sinon la police n'aurait pas fait le contrôle sanguin.
A l'inverse de Tony Adams, Merson continue de boire (même si c'est beaucoup moins que pendant sa carrière de footballeur).

TheMerse

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 12840
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #10 le: 13-10-2011, 20:37:54 »
Citation de: Vince
Il avait surement bu, sinon la police n'aurait pas fait le contrôle sanguin.
A l'inverse de Tony Adams, Merson continue de boire (même si c'est beaucoup moins que pendant sa carrière de footballeur).
Cela ne m'étonnerait pas non plus malheureusement ....

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #11 le: 14-10-2011, 02:49:11 »
[large]Gazza - Ca peut lui donner la motivation d'arrêter[/large]

Paul Gascoigne - qui avait vécu en collocation avec Paul Merson lorsqu'ils jouaient ensemble a Middlesbrough - a connu une aventure similaire.

\"J'ai vu que Paul Merson a été impliqué dans un accident de voiture terrible. Je me rappelle quand ça m'est arrivé. J'étais derrière et j'essayais de sauver la vie de quelqu'un et j'ai finis par sortir par une des fenêtre.\"
Six mois plus tard Gazza évite de peu la prison et il a perdu son permit pour conduite en état d'ivresse.

\"C'est ce qui m'a donné la motivation pour arrêter. C'est que maintenant que je regarde derrière que je pense que ce n'était pas la bonne chose à faire.\"

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Paul Merson
« Réponse #12 le: 26-12-2011, 14:07:36 »
Paul Merson à propos de Gareth Barry : \"C'est le genre de mec que j'aimerai bien que ma fille ramène à la maison ... enfin pas pour le moment, elle n'a que 9 ans!\"
:lmao:

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #13 le: 22-06-2017, 16:38:07 »
Quelques extraits de ce livre tellement drôle de Merson sur sa carrière ^^


Citer
Le balcon de Seaman



Gus Caesar était le joueur le plus costaud j'ai jamais vu. Les fans d'Arsenal le critiquaient régulièrement pour ses loupés, mais ce qu'il lui manquait en talent il le compensait par son physique. J'avais l'habitude de le prendre à rebrousse poil. Un jour tout a dérapé entre moi et Gus

Été 1989, Arsenal envoie les joueurs aux Bermudes pour des vacances d'équipe. Toute l'équipe va en boite, on boit des bière, on fait les cons, on s'amuse. Tout d'un coup, Gus se met à me crier dessus. Un argument entre mecs bourré pour pas grand chose surement, une pinte renversée, et c'est partit. Une bagarre commence, rien de très violent jusqu'à ce qu'il mette son doigt dans mon oeil au moment où l'on est séparé. Ca m'a fait très mal, j'étais en colère, j'étais pas quelqu'un de violent, il savait que je ne lui rendrais pas ce coup. Je savais que je me vengerai d'une autre manière, une fois que tout se sera calmé.

Avec Bouldy [Bould] on est rentré à notre hôtel 5 étoiles, laissant tout le monde derrière nous. On prend les clés de la chambre de Gus à la réception. Et là c'était la fête, la chambre allait être sérieusement détruite. Avec le recul, c'était suicidaire, parce que Gus partageait sa chambre avec Paul Davis qui n'était pas du genre à se laisser faire. En 1988 il a mis une droite à Glenn Cockerill qui l'a mit KO, et il a été suspendu 9 matchs. Donc dans cette chambre, je suis devenu fou, je l'ai détruite, j'ai piétiné une montre de luxe, piétiné les jeux de société (on avait pas de Playstation à l'époque, donc le Monopoly était notre seul occupation autre que vider les minibars, surtout quand ça a déjà été fait). J'ai ensuite lancé un seau d'eau dans le placard. J'ai jeté un lit par la fenêtre. Bouldy était mort de rire quand on est rentré dans notre chambre.

Le lendemain matin, le téléphone sonne, c'était George [Graham], il n'était pas content. "Room 312, maintenant!". Bouldy se lève, me secoue, m'envoie de l'eau sur le visage, me lance mon short et mes tongues. J'étais malade en marchant vers cette chambre, que je savais être celle de Gus et Paul. En arrivant, j'ai cru rentrer dans les quartiers chauds de Bagdad. Le cellier trempé, les jeux de société en morceau, en fait ces jeux appartenait aux enfants de David Dein. Il les avait prêté aux joueurs, sachant qu'on apprécierai le geste, et étant des adultes responsables, on en prendrait soin. La porte du balcon était grande ouverte, on pouvait voir un lit qui flottait dans la piscine. Puis j'ai réalisé que les gars étaient dans la chambre, me fixant des yeux. Tone [Adams], Lee [Dixon], Nigel Winterburn, Alan Smith, et George [Graham]. Dans le coin, Gus étais assis sur une chaise torse nu, les muscles contractés, la mâchoire serrée. Derrière lui, Paul massait ses épaules, en me fixant des yeux comme si j'étais un meurtrier.

George se lève, commence la réprimande : "C'est quoi ce bordel Merse?". "Oui je sais Boss, moi et Gus on s'est engueulé, je suis rentré et pour me venger j'ai détruit sa chambre". Il acquiesce, "dans ce cas, vous n'avez qu'a sortir d'ici tout les deux et réglez ce problème". Je commençais à trembler, Gus commençait à faire craquer ses doigts, prêt à en découdre. Puis Paul Davis s'en mêle "C'est vrai Merse, pourquoi ne pas régler ça dehors? Bat toi contre lui". J'ai du m'excuser et accepter ma punition. Plus personne ne m'a parlé pendant 2 mois après ça, et surtout on m'a viré de la réserve des joueurs. La réserve, c'était une part de l'argent des droits TV de la FA Cup qui est reversée aux joueurs. C'était plus d'argent qu'avec mon salaire et mes primes additionné parfois. J'étais dégouté.


-------------

Tout les ans, George aimait amener les joueurs à Marbella en Espagne pour quelques jours de vacances. On faisait ça 3 fois par saison. On se retrouvait à l'Aéroport le dimanche matin, et d'ici le dimanche soir j'étais bourré comme un coin, souvent avec Grovesy [Perry Groves]. J'adorai ça. Une fois c'était pendant l'anniversaire de Grovesy, aucun de nous deux ne jouait car on était blessé, donc on est sortie se bourrer la gueule dans les bars de Marbella, donnant sur la Mer.

Au moment d'arriver au Pub où les autres joueurs mangeaient, j'étais bien torché. Je me suis mis à asperger Grovesy de Ketchup, sur son visage et sa belle chemise blanche. Il se vengeait en me balançant la moutarde. On a finit dans un bordel rouge et jaune. Puis les autres s'en sont mêlé, comme c'était l'anniversaire de Grovesy ils ont saisit ses bras et ses jambes. Un esprit brillant a eu l'idée qu'on le balance dans la Mer. Donc on le lance de l'autre côté du muret en attendant le splash .. mais aucun bruit. Et puis au bout de quelques secondes "splash !".

Les gars riaient nerveusement. Quand on a regardé où était la mer, on s'est rendu compte qu'on était 25 mètres au-dessus. On voyait une tête de rouquin en train de se débattre dans la Mer à travers les vagues. Il paniquait, tentant de rejoindre les rochers. En même temps il nous lançait toutes sortes d'insultes. Du coup personne n'est venu l'aider et on est rentré chez nous.


-------------

Grovesy était une cible privilégiée. Moi j'avais l'habitude de chier dans sa taie d'oreiller pour l'énerver. J'adorais voir son visage quand il réalisait que j'avais laissé un petit cadeau dans son lit. Quand il m'a pris en flagrant délit, en train de déposer un crotte, il n'en croyait pas ses yeux. "Merse, qu'est-ce que tu fous?!" Je ne me suis pas arrêter pour lui expliquer.

-------------

Quand Grovesy décide de partir d'Arsenal pour Southampton, j'étais triste de le voir partir. Mais d'un autre côté mon nouveau partenaire de chambre était Ray Parlour, un bon vivant comme moi. Donc un été, George a décidé de mettre notre chambre juste à côté de celle de David 'Spunky' Seaman, et Lee Dixon. Ils étaient l'opposé de nous, toujours au lit les premiers les rares fois où ils sortaient avec nous.

Un jour, Dixon et Spunky sont parti se promener. Pendant que Ray et moi on ronflait, récupérant de la soirée de la veille. En me réveillant, j'avais le cigare au bord des lèvres, et pensant que ce serait drôle j'ai enjambé pour aller sur le balcon de nos voisins, et y déposer une grosse crotte.

J'avais totalement oublié jusqu'à ce qu'on soit à la Piscine avec Ray. Soudainement j'entends Spunky devenir fou, avec sa voie grave du nord de l'Angleterre, ça raisonnait dans tout l'hôtel, et ça faisait fuir les mouettes. "Qui a fait ça?!" il criait, comme si il y avait besoin de demander.
« Modifié: 22-06-2017, 16:41:53 par Vince »

TheMerse

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 12840
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #14 le: 22-06-2017, 19:40:41 »
J'adore ! Merci Vince  :ascfr:

Bouligoal

  • Global Moderator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 24641
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #15 le: 26-06-2017, 09:11:04 »
Complètement timbré :lol:
229 !!!!!!!!!!!!!!!!!!

TheMerse

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 12840
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #16 le: 26-06-2017, 20:58:09 »
C'est en grande partie grâce à lui que je suis gunner à vie !

Aujourd'hui, cette façon de vivre ne serait plus "compatible" avec ce sport :lol:

Ben4

  • Titulaire
  • *****
  • Messages: 3911
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #17 le: 26-06-2017, 21:23:27 »
:lmao: il est bon ce merson! Un vrai adulte responsable :P
"My heart is tied to this football club-Arsenal is my life. This club has deep-seated roots and a tremendous heritage and it is my aim to uphold these important values and help create new history for future generations to recount.\" Arsène Wenger

TheMerse

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 12840
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #18 le: 26-06-2017, 21:33:51 »
:lmao: il est bon ce merson! Un vrai adulte responsable :P
Il avait un p.... de talent en tout cas....gâché par les excès en tout genre :lol:

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #19 le: 03-07-2017, 15:12:42 »
Citer
Les débuts à Arsenal



C'était le dernier vendredi du mois, je rentrais du centre d'entrainement où j'ai fais les corvées habituelles pour un jeune joueur de 16 ans dans un grand Club de Football : nettoyer les bains et les toilettes, nettoyer le sol du vestiaire de l'équipe première. Quand j'ai fini, Pat Rice, le coach de l'équipe de jeune, est venu donner à tout les jeunes une enveloppe marron. Notre première paye était dedans, un chèque de £100.

Je me change, je retire mon survêtement, et je cours à Barclay's Bank à Finsbury Park avec mon pote, Wes Reid. Je tremblais quand je récupérais les billets. "Qu'est-ce qu'on fait maintenant, Wes ?" je lui demande. "Je vais à William Hill, ça te dit?" il me répond. C'est ce moment où tout a basculé, ces 15 minutes qui ont suivit ont gâché le reste de ma vie, comme une allumette qui allume une boite de dynamite. Je lui répond "Oui pourquoi pas".

J'ai dépensé toute ma paye du mois sur les chevaux, fini mes £100. Je crois que tout est parti en 15 minutes. Au début j'étais malade à cause de l'argent, j'avais envie de pleurer, puis je me rappelais que mes parents allait me tuer si ils étaient au courant. Donc j'ai prétendu m'être fait agressé, j'ai tapé ma tête contre le mur pour que ça paraisse vraie. J'arrive chez moi avec quelques égratignures au visage, et personne n'a douté de mon mensonge. Je pensais être un génie, mais c'était le premier d'un million de mensonges pour couvrir mon addiction. En m'endormant je me suis dit un autre mensonge "Plus jamais ça".


-------------

10 ans après cette histoire à Finsbury Park, je suis allé en centre de désintoxication à Southampton. Alcool, Coke, et jeux d'argent m'ont mis à terre, je n'ai jamais rien fait à moitié, j'étais à genou dès l'âge de 26 ans. Là-bas ils m'ont demandé de raconter ma jeunesse, et ça m'a frappé que ma première addiction était le Football. Quand j'étais enfant, j'étais hyper anxieux, je pissais au lit. J'avais un problème d'élocution. Même quand je jouais au Foot, j'étais tellement anxieux, j'avais des palpitations pendant les matchs, le manager devait me sortir car j'arrivais plus à respirer. Quand mes parents m'ont fait examiner, il se trouve que ce n'était que des crises de panique passagères.

J'étais bon au Football quand j'étais enfant, surclassé d'un an, en U14 j'ai été repéré par des scouts d'Arsenal, Chelsea, QPR et Watford qui voulaient me faire passer un essai. Je suis allé à Watford, puis à Arsenal. Je pensais avoir plus ma chance à Watford à cause de ma taille - mais mon père était un fan d'Arsenal, donc j'y suis allé pour lui. J'avais du talent, rapide, j'ai marqué beaucoup de buts, mais j'étais très mince, et je manquais de courage. J'avais peur de mon ombre sur un terrain. Il suffisait qu'un gros défenseur central me donne un coup dans les 5 premières minutes pour que je disparaisse du match en évitant les duels.

A cette époque, Arsenal n'était pas beau à voir. Comme tout les autres jeunes, on allait les voir à Highbury, et ils n'étaient pas très bons. Il y avait quelques bonnes individualités comme Pat Jennings, Viv Anderson, Kenny Sansom, Paul Mariner, Graham Rix, et Charlie Nicholas, mais Don Howe n'arrivait pas à les faire jouer ensemble. Et l'équipe se faisait battre par tout le monde, les fans se désintéressaient, ils jouaient devant 18000 personnes. Pendant cette époque, je commençait à prendre de la taille, du muscle, à prendre confiance dans le duels. Soudainement j'arrivais à voir par dessus la tête des fans en North Bank. Je commençais à mieux lire le jeu, j'étais ce que les coachs disait "intelligent" sur le terrain. En dehors c'était un cauchemar, mais sur le terrain je comprenais tout ce qui se passait. J'anticipais beaucoup de choses que d'autres joueurs ne voyaient pas. Et puis j'ai eu la chance d'être très rarement blessé.

Une chose qu'on oublie de dire suffisamment aux jeunes : c'est effrayant a quel point le football est une question de chance. Si vous n'êtes pas bon le jour où un scout est là. Si vous vous blessez pour 7 mois lors de votre premier match chez les jeunes. Moi j'ai été chanceux, et je marquait beaucoup de buts pendant que les joueurs un an plus vieux que moi : David Rocastle, Martin Hayes, et Tony Adams; jouaient pour la réserve et tapaient à la porte de l'équipe première.  Puis ce fut mon tour, mais la pression s'intensifiait pour obtenir un contrat pro, et les crises de paniques revenaient. Je me rappelle d'un match contre Chelsea, sur un ballon en profondeur j'élimine leur gardien, Peter Bonetti que j'adorais car j'étais un fan de Chelsea (même si mon idole était Ray Wilkins). Mais au moment de mettre la balle au fond des filets, j'ai paniqué, et le défenseur me prend le ballon.


-------------

Par contre à l'entrainement j'étais bon, et c'était un soulagement car je m'entrainais avec de vrais stars. Charlie Nicholas était l'un deux, un dieu pour les fans d'Arsenal. Après l'entrainement, Charlie Nicholas et Graham Rix m'ont pris sous leur ailes. Ils m'ont montrés les ficelles au Club, me conseillaient comment me comporter en matchs. Puis ils m'invitaient au Stringfellows, à Londres, un endroit branché où vont les Footballeurs. J'étais émerveillé, il y avait des gonzesses partout, et elles voulaient toutes parler à Charlie - avec ses cheveux longs, sa boucle d'oreille, son manteau en cuir. C'était la superstar des 80s comme Best l'était dans les 70s. Je me disais que je voulais être comme lui. C'était longtemps avant que le Stringfellows devienne un strip club, mais ça aurait très bien pu déjà en être un. Les filles étaient très peu vêtue et il y avait des bouteilles de champagne partout. Après j'ai dormi chez Charlie, un bel appartement à Highgate. Finalement je signe pro, et il n'y avait rien de plus au monde que je voulais qu'être un joueur professionnel. J'avais hâte de célébrer ça au Stringfellows..

-------------

En 1986, George Graham arrive à Arsenal et lors de son premier jour au centre d'entrainement il me semblait déjà très dur. Il m'a demandé directement d'aller à Brentford, où son ancien coéquipier Frank McLintock était coach. Il considérait que ça me ferait du bien de jouer régulièrement là-bas, en division inférieure. Il avait raison, on se bourrait tellement la gueule lors du voyage du retour lors des matchs à l'extérieur que certains joueurs s'écroulaient quand on arrivait au parking du Club. C'était une bonne préparation pour le reste de ma carrière. Aller à Brentford m'a aussi permit d'apprécier encore plus Highbury. En voyant comment ça se passe là-bas, je me rendait compte qu'Arsenal était un Club phénoménal. Le Marble Hall, l'ambiance, la façon qu'ils ont de prendre soin de vous, c'était top, top class.

Finalement je rentre à Arsenal plus tôt que prévu, et je savais que si George me rappelait, ça voulait dire une chose : je ferai mes débuts en équipe première. Je joue mon premier match le 22 Novembre 1986 contre Man City en rentrant en jeu, on gagne 3-0. Tout les fans chantaient mon nom quand je suis rentré. Puis je rate complètement ma première balle, en plein dans la North Bank alors que je voulais centrer. Ils ont du se demander ce que je faisais là.
« Modifié: 03-07-2017, 15:17:45 par Vince »

TheMerse

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 12840
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #20 le: 03-07-2017, 17:49:51 »
Excellent !

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #21 le: 04-07-2017, 15:41:29 »
Citer
Merse et la Coke



La cocaïne m'a vraiment mis à genou. J'avais déjà descendu des centaines de milliers de pintes, et dépensé des millions de livres chez le bookmaker, mais c'était rien - ce n’est pas ça qui allait me tuer. Pendant 10 mois la Coke a pris possession de ma vie et a failli me tuer d'une crise cardiaque sur le terrain vu tout ce que je prenais. Une fois que j'ai commencé, j'en voulais toujours plus.

A un moment donné je rentrais de l'entrainement, les rideaux fermés, assis dans le noir, des lignes sur la table devant moi. Je mettais Teletext sur la page des courses de chiens, et au téléphone mon bookmaker. Je pariais, reniflais une ligne, pariais, reniflais une ligne, pariaisreniflaisuneligne, pariaisreniflaisunelignepariaisreniflaisuneligne .... Je ne sais pas combien d'argent j'ai dépensé, vu que j'étais défoncé quand j'en achetais. Ce que je sais c'est qu'un soir je devais £400 à un dealer pour la consommation d'une soirée.


-------------

Ma première ligne c'était en Février 1994 dans un pub qui s'appelle the Mousetrap, à Borehamwood. J'ai retrouvé là un pote à moi pour boire un verre, et il n'est pas venu, donc j'ai dû me tromper de pub. A l'époque il n'y avait pas de portable. Donc j'ai passé la soirée à boire dans ce pub, il y avait pleins de fans d'Arsenal qui étaient content de me payer des verres. Tout d'un coup, un des gars m'offre de la Coke. J'étais surpris mais c'était courant dans les pubs, j'en avais vu d'autre le faire. Je lui dis "non".

Pendant la semaine qui suit, je ne pouvais pas penser à autre chose que ce pub, j'avais envie d'y retourner. Donc après un match contre Everton, dès que le bus est rentré au centre d'entrainement, j'ai pris ma voiture pour Borehamwood. Après quelque temps je retrouve ce même gars, après avoir discuté de mon but contre Neville Southall dans l'après-midi, il me propose une ligne de Charlie. On va s'enfermer dans les toilettes, il prépare les lignes et c'était partie.

Je ne me sentais pas spécialement bien, mais deux fois plus confiant. Je me mettais à parler à des inconnus ce qui n'est pas mon genre, même bourré, étant quelqu'un de plutôt réservé. Mais j'étais en feu, je ne voyais pas d'éléphant rose, mais ça me donnait encore plus d'endurance pour boire. Je pouvais enchainer les pintes sans que ça ne m'affecte. Quand je sors du pub, c'est le lendemain matin et je suis toujours bien réveillé. Après avoir dormi, je me sentais toujours bien, j'en voulais d'autre.

Je suis très rapidement devenu un addict, car quand j'allais au Mousetrap, ceux qui prenait un gramme le consommait sur toute la soirée, et ils faisaient ça une fois par semaine ou une fois par mois. Moi je reniflais tout d'un coup, et dès que c'était terminé j'en redemandais d'autre. C'était le même principe qu'avec les paris, quand je perds je veux jouer jusqu'à récupérer l'argent que j'ai perdu. Avec la Coke je consommais jusqu'à retrouver les sensations de ma première ligne, je chassais l'ivresse. Malheureusement ce n'est jamais aussi bien que la première fois, ça n'avait plus rien de plaisant, ma vie devenait un cauchemar éveillé.

Je me rappelle sortir jusqu'à des heures pas possibles, puis prendre le taxi à 6-7h du matin pour aller au centre d'entrainement. Sur le chemin je mettais ma tête dans un sac rempli de poudre. Le conducteur ne pouvait rien dire. Qui allait le croire s’il allait dire ça au Club ou aux journalistes ? Heureusement qu'à l'époque il n'y avait pas les téléphones portables. Une fois à l'entrainement, je prenais un risque énorme. Pour un homme sain les entrainements physiques de George Graham ressemblaient déjà à une peine de mort. Alors pour un alcoolique rempli de Charlie, avec les jeux d'argent qui lui bousillent les nerfs ... j'ai vraiment de la chance d'être toujours en vie.


-------------

Lors d'une tournée de pré-saison 94-95, George nous emmène en Suède. On s'entrainait le matin et l'après midi on mangeait ensemble à l'hotel. Lors d'un après midi, Lee Dixon raconte qu'il a un pote à News of the World. Et apparemment ils ont une histoire énorme sur un joueur de Premiership qui a fait pleins de conneries, ils l'ont suivit pendant des mois. "Quand ça sortira ce sera énorme". Malgré ma paranoïa, je ne pouvais imaginer dans mes pires cauchemars que ça puisse être moi.

Ils n'étaient pas les seuls à s'en rendre compte, au Club aussi. Je m’étais fait une entorse et ma cheville gonfle comme un gant de boxe à cause de la Coke. Gary Lewin, le physio, me regarde après avoir vu ma blessure. Je pouvais voir qu'il se doutait de quelque chose, même si il ne savait pas la vérité. Quelques mois plus tard, quand tout est révélé dans la presse, il m'a dit : "Merse, je savais que quelque chose n'allait pas, ta cheville n'aurait jamais dû gonfler comme ça, ça n'arrive que quand des gens prennent des drogues".

Je ne sortais plus avec mes coéquipiers pour ne pas qu'ils se rendent compte de mon addiction. Je mentais à mes amis comme je mentais à ma femme, alors que j'allais au Mousetrap. Et puis on n'était pas si proche. Il y avait le Tuesday Club, oui, mais j'avais mes potes en dehors d'Highbury et eux aussi. Ma femme ne se doutait de rien, mais j'étais tellement parti qu'elle me voyait peu, et elle ne voyait pas les signes.


-------------

Sur le terrain je n'étais pas mauvais avec Arsenal, ce n'était pas comme si je prenais de la Coke pour compenser la déception de ma fin de carrière. J'étais au zénith de ma carrière, ce qui a rendu mon problème de drogue encore plus destructeur. Mais un jour au Mousetrap, après avoir enchainé les lignes, j'étais au bar et j'ai ressenti une grosse douleur à la poitrine. Je ne pouvais plus respirer. Alors que je me retrouvais à genou dehors, je me suis dit que c'était la fin. J'arrive finalement à retrouver mes forces, je rentre chez moi.

Quand on joue Brondby en Coupe de l'UEFA quelques semaines plus tard je suis vraiment mauvais. Après 20 minutes, j'ai mal au cœur, aux poumons, je n'arrivais plus à courir. J'ai cru que j'allais mourir sur le terrain. J'ai poussé mon corps jusqu'à ses limites. Ce soir-là, en rentrant chez moi, j'ai pensé à me suicider, mais j'en avais pas le courage. Je suis complètement perdu chez moi, en pleure, je ne pouvais pas sortir de cette addiction seul, et si je continuais j'allais mourir.

Le lendemain matin, je conduis vers Highbury, je rencontre Ken Friar, l'un des dirigeants du Club. Et dans son bureau, c'est le moment de la confession : "J'ai besoin d'aide. Je doit des milliers et des milliers de livres à cause de mes dettes de jeu. Je suis dans un problème grave." Ken était déjà sous le choc avant que je lance la bombe : "Je suis toxicomane ... Cocaïne". J'étais le plus gros scandale de la décennie dans le football, voir même du siècle, et Arsenal était piégé au milieu de ça. Mais Ken est resté calme.

"D'accord, on va te guérir. On va te trouver de l'aide". Le Club se renseigne et on décide qu'avant que la presse ne sorte toutes ces histoires, c'est mieux que je révèle publiquement ma vérité dès que possible. L'interview sort dans le Daily Mirror, et j'emmène Lauraine à Paris pour lui raconter tout ça avant qu'elle le lise dans la presse. Quand George a su la nouvelle, il a été rien d'autre qu'un soutient. La FA a cherché à minimiser mon histoire quand ils ont su combien d'argent j'avais dépensé en drogue. Ils m'ont conseillé de dire £2000. Ils m'ont dit que si la vérité se savait, ils seraient forcés de me bannir à vie. Au final j'ai été suspendu 20 matchs, à la condition que j'aille en centre de désintox, je serai testé aussi pendant 18 mois après mon retour. Je devais payer le total des frais du centre de désintoxication.

Et je devais faire une conférence de presse, ce qui était mon pire cauchemar. Devant les flash et toutes les questions, je commence à pleurer alors que j'étais en Live sur Sky Sports. Qui aurait imaginé que je devienne un jour consultant sur cette chaine ? J'ai donc tout expliqué dans une déclaration, George à côté de moi Gordon Taylor de la PFA de l'autre côté. La FA ne rigolait pas, dès que j'ai fini ma déclaration, une voiture m'attendait pour aller au Marchwood Priory Hospital à Southampton. Une fois à l'hopital on m'apprend que je ne peux pas voir ma famille pour Noel. Je cherche à partir, mais j'étais accompagné d'un homme de la FA qui me dit que si je quitte l'hôpital, je ne rejouerai plus jamais au Football professionnel. Puis le médecin me dit, "vous manquerez ce Noel, mais vous en vivrez pleins d'autre avec votre famille. Si vous partez de l'hôpital, vous profiterez peut-être de ce Noel, mais vous serez chanceux d'en vivre d'autre."


clarck59

  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 15025
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #22 le: 11-10-2017, 20:40:45 »
J’ai lu sur twitter (source BBC) qu’il allait rechausser les crampons à 49 ans en troisième division galloise avec le club de Caerau.
Il débutera le 18 octobre le derby face à Pontyclun.

Vince

  • Administrator
  • Légende du club
  • ******
  • Messages: 79777
    • Voir le profil
Re : Paul Merson
« Réponse #23 le: 12-10-2017, 14:34:55 »
Citer
J’ai lu sur twitter (source BBC) qu’il allait rechausser les crampons à 49 ans en troisième division galloise avec le club de Caerau.
Il débutera le 18 octobre le derby face à Pontyclun.
http://www.skysports.com/football/news/11095/11076723/arsenal-would-win-the-league-if-arsene-wenger-had-harry-redknapps-tactical-nous-says-paul-merson


Bim!